AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez|

JEREMIAH + somebody save me

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
My name is
Lilas Holden
and i'm trying to survive
☣ MESSAGES : 96
☣ ICI DEPUIS LE : 21/02/2015

MessageSujet: JEREMIAH + somebody save me Mer 27 Mai - 1:13


Jeremiah & Lilas
    somebody save me

Alors qu'elle s'éveillait, Lilas n'osait même plus ouvrir les yeux. La dernière fois qu'elle l'avait fait, c'était pour découvrir un cage autour d'elle. Qui savait ce qu'elle allait découvrir maintenant. Peut-être qu'elle serait de nouveau sur cette table d'opération. Alors qu'elle avait réussi à échapper à la ponction lombaire, elle avait peut-être eu droit à pire. Elle s'imaginait déjà se réveiller, pour découvrir qu'on lui avait ouvert le ventre, ou prit un organe. Tout les films d'horreur qu'elle avait pu regarder en cachette parce que son père le refusait semblait lui revenir à l'esprit, alors qu'elle s'imaginait déjà le pire. Pourtant, elle du bien se rendre compte, qu'elle ne semblait pas avoir plus mal qu'avant. Elle avait mal à la tête, ça oui, comme tout à l'heure. Ce qui devait donc être dû à cet anesthésiant qui leur administraient pour qu'elles piquent un roupillon. Il lui fallut un autre temps pour se rendre compte que ce c'était pas la sensation froide de la table qu'elle sentait sur sa joue. Mais celle de la terre et de l'herbe. C'est là que Lilas ouvrit les yeux subitement, avant de se redresser tout aussi rapidement. Ce qu'elle regretta instantanément, alors qu'elle voyait le paysage de mettre à tanguer autour d'elle. Mais autour d'elle, aucuns murs, aucuns barreaux de cage. Elle était dehors. Et cela suffisait pour qu'elle fasse tout son possible pour repousser la nausée qui l'assaillait. Ils l'avait relâché, elle était dehors. Elle était libre.

Il lui fallut un autre plus long moment pour se rendre compte qu'elle était surtout seule. Il n'y avait pas une seule des autres filles autour d'elle. Son cœur se serra en se demandant où pouvait être Philaé ou Eden. Ainsi que les deux autres dont elle ne connaissait que les noms de familles qu'avaient annoncés leurs geôliers. Il fallait qu'elle se lève, qu'elle avance, qu'elle les trouve. Mais surtout, elle devait rentrer et retrouver Jeremiah. Elle ne rêvait plus de ça. Elle aurait tant aimé pouvoir se rouler en boule maintenant et ne plus bouger, mais elle allait devoir faire un dernier effort. Elle se redressa alors sur ses jambes, encore flageolante, ignorant la douleur que les cailloux lui faisaient à la plante des pieds. Elle était toujours dans la même tenue que quand ils étaient venus la cueillir au saut du lit. Elle fit donc un premier pas. Hésitant et difficile. Puis un deuxième. Et bientôt, elle ne les comptait plus, alors que ses jambes gagnaient de nouveau en assurance.

Elle ne sait combien de temps elle marcha exactement, pieds nus. Pourtant, alors qu'elle avait l'impression d'avoir été lâché dans un lieu désert. Mais enfin, elle vit une silhouette. Celle de ce qui devait être une femme, allongée à même le sol. Elle reconnut finalement la chevelure brune de l'une de ses camarades cobayes. Celle qui avait réussi à mordre à sang l'un des gardes. La seule à avoir subit la ponction lombaire qu'elle avait bien failli devoir subir. La brunette accéléra alors le pas, allant jusqu'à courir pour atteindre la jeune femme. Elle en tomba à genou, se moquant pas mal des éraflures qu'elle venait de se faire alors que jusque là, elle n'avait même pas eu à saigner. Elle attrapa rapidement la femme. Tentant de la secouer pour la réveiller. Mais elle ne bougeait pas. C'est d'une main tremblante qu'elle alla finalement posée deux doigts sur son cou. Elle ne savait même pas si elle faisait les choses bien, c'était sa mère et Tim les médecins de la famille, pas elle. Et elle commença à panique alors qu'elle ne sentait absolument rien. Elle attrapa alors son poignet, cherchant de nouveau un pouls. « Non, non, non... » Se mit-elle alors à murmurer, en boucle comme une litanie. Elle était morte. Elle ne pouvait plus le nier. Elle ne connaissait même pas cette femme, et elle avait même un côté qui avait carrément fait flipper Lilas dans sa façon de se jeter sur le garde. Mais, cela aurait pu être elle. Elle aurait pu ne pas se réveiller plutôt. Et qui savait dans quel état était Philaé. Il ne suffit alors de pas plus pour qu'elle craque tout simplement. Et elle fut incapable de contrôler ses sanglots ou ses tremblements. Les zombies n'avaient jamais réussi à la faire céder. Elle avait toujours pu trouver une réplique cinglante à envoyer, une plaisanterie à faire pour ne pas céder ainsi à la panique. Mais là, elle ne pouvait que voir la cruauté de l'homme envers un autre homme. Ils les avaient tiré des chez elle, les enlevant. Pour les abandonner en pleine nature, sans me soucier de leur laissé une arme pour se défendre contre d'éventuels rôdeurs. Ils se fichaient pas mal d'elles. Et sans doute les avaient-ils lâchés là pour qu'elles meurent, tout simplement. Et elle craquait tout simplement, et ses larmes semblaient intarissables.

___________________

    I’m waking up to ash and dust. I wipe my brow and sweat my rust. I’m breathing in the chemicals. I’m breaking in and shaping up. Then checking out on the prison bus. This is it the apocalypse. I’m waking up I feel it in my bones enough to make my systems blow.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

My name is
Invité
and i'm trying to survive

MessageSujet: Re: JEREMIAH + somebody save me Mer 27 Mai - 13:17

Somebody save me
Lilas & Jeremiah
C'était comme dans un cauchemar. Le genre de cauchemar d'où on ne parvient pas à se tirer malgré de gros efforts, ce genre de cauchemar où finalement, tu restes planté pour observer et attendre que ça passe dans l'angoisse. Il y avait eu cette invasion de zombies au château, que nous avions tous plutôt bien maîtriser. Il y avait eu des blessés, sans doute bien plus que ça...mais je n'avais prêté attention à rien. Autour de moi, tout était devenu discussion. Rassemblement d'informations. L'un disait avoir vu quelque chose, l'autre disait avoir vu autre chose et au milieu du tumulte, je m'étais contenter de me taire, d'observer et d'écouter à demi-attentif, ne concentrant mon attention que sur ce qui m'intéressait. Il avait fallu un bon quart d'heure avant que je ne craque. Personne n'avait encore bouger, j'avais serrer mon arme dans ma main avant de remonter à la hâte dans la chambre. Les affaires de Lilas étaient là, son arme était là et c'est la première chose qu'il me vint à l'idée de prendre avec moi, fourrant ensuite quelques affaires supplémentaires dans mon sac avant d'attraper les clés de la Jeep accrochées dans un coin. Je ressortis de la pièce, claquant la porte derrière moi sans être certain d'y revenir un jour, bien pour ça que j'avais embarquer à moi tout ce qui comptait réellement, et je redescendis les escaliers à toute vitesse, passant devant le groupe occupé à discuter sans même leur adresser un regard, je pris la direction du hangar où la jeep était garée. « Hey ! » appelai-je soudain, à l'intention d'un des hommes qui s'occupait de rassembler les cadavres. « Ouvre la grille. Et refermes derrière moi. » Il sembla hésiter un moment...ce qui accentua mon agacement. « Si tu ne le fais pas je risque de la défoncer, et je pense que ça pourrait être gênant. » Je n'ajoutais rien, me contentant de rejoindre ma voiture, d'y balancer mes affaires avant de m'installer au volant et de démarrer. Je savais que les regards avaient du se tourner vers moi...pourtant, hors de question d'attendre plus. La grille s'ouvrit devant moi alors que j'avançais la voiture dans la cour et j'appuyais un grand coup sur l'accélérateur pour sortir de l'enceinte du château et m'engager sur le chemin de terre, renversant un rôdeur au passage.

A droite, à gauche, tout droit. Personne n'avait sembler avoir vu la même chose et alors que j'arrivais au bout du chemin de terre, alors qu'il me fallait m'engager sur la route et choisir où aller, je pris tout de même le temps de m'arrêter un instant et de descendre. A une époque, ce que je faisais aurait été parfaitement inutile, il y avait du passage et n'importe qui, n'importe quand aurait pu laisser des traces. Pourtant, je savais que les voitures étaient rares désormais. Je pris donc le temps d'examiner le chemin de terre, puis la sortie jusqu'à la route, apercevant des traces de pneus dans la poussière. Des traces assez larges, celles sans doute d'un 4x4 … qui en plus semblait perdre de l'huile. « A droite. » murmurai-je pour moi-même avant de remonter dans la jeep et de redémarrer en trombe, m'engageant finalement sur la route.

Une heure que je roulais. J'avais pris le temps de m'arrêter plusieurs fois, pour être certain de ne pas perdre la piste. Je ne connaissais pas la région, et j'étais bien forcé de constater que je n'avais pas la moindre idée de où Lilas et les autres avaient pu être emmenées. J'avais retourner la question dans tous les sens. Je m'étais poser des millions de questions pour tenter de deviner qui étaient ces hommes-là. En vain. Maintenant, je roulais sans même savoir si la route que j'avais empruntée allait me mener quelque part. Les traces d'huile avaient disparues depuis un moment déjà, je ne parvenais plus à trouver de trace de pneus visible sur cette route d'asphalte dépourvue de boue séchée. En réalité, plus rien n'avait de sens désormais. Si dans les premiers temps de la disparition de Lilas, l'adrénaline avait prit le dessus...maintenant, je me sentais plus abattu qu'autre chose. J'avais laissé faire. Moi qui avait promis de ne jamais la laisser, j'avais lamentablement échouer. Je soupirais lourdement, mes mains agrippèrent fermement le volant alors que mon pied vint violemment écraser la pédale de frein. La Jeep dérapa avant de s'arrêter au beau milieu de la campagne. Mon regard se posa sur deux silhouettes, non loin de moi, dans un champ. L'une allongée, l'autre à genoux au dessus d'elle...un rôdeur occupé à dévorer un cadavre sans doute. Je frappais violemment le volant, une fois...puis une multitude d'autre fois avant finalement me calmer et respirer un grand coup. Qu'est-ce que j'allais devenir, maintenant ? C'était bien la première fois que je me posais cette question. Comme si perdre Lilas avait finalement fini de me perdre moi. Passant ma main sur mon visage, mon regard se reposa sur le rôdeur...un rôdeur étrange qui venait d'enfouir son visage dans ses mains. Pour manger ? Non. Il avait semble t-il relâcher le corps inanimé et de là où je me trouvais je pouvais voir son corps secoué de tremblement. Ce n'était un rôdeur et aussitôt cette constatation faite, mon sang ne fit qu'un tour. J'ouvris la portière, attrapant mon arme sur le siège passager avant de m'approcher. Un silhouette féminine. De long cheveux sombres. Elle pleurait, agenouillée au milieu de nul part, habillé de son pyjama. « Lilas... » lâchai-je. Ma voix venait de se briser, comme si je ne parvenais pas à croire une seule seconde que la femme agenouillée là était celle que j'aimais. Comme si finalement, les choses me paraissaient bien trop simples. Mes doigts lâchèrent mon arme qui tomba mollement dans l'herbe fraîche et je me laissais tomber à genoux passant mes bras autour de son corps frigorifié. « Lilas. »

Revenir en haut Aller en bas
avatar
My name is
Lilas Holden
and i'm trying to survive
☣ MESSAGES : 96
☣ ICI DEPUIS LE : 21/02/2015

MessageSujet: Re: JEREMIAH + somebody save me Mer 27 Mai - 16:02


Jeremiah & Lilas
    somebody save me

Les larmes ne se tarissaient pas. Et elle était même incapable de savoir combien de temps elle passait là, juste à pleurer, sans même se rendre compte de ce qui aurait pu se passer autour d'elle. Elle avait fini par lâcher le corps sans vie de la jeune femme. Cachant son visage dans ses mains, alors qu'elle était secouée de sanglots. Elle craquait tout simplement. Parce que bon, elle ne connaissait pas assez la jeune femme devant elle pour la pleurer. Même si elle risquait d'être la suivante. Elle ne sait combien de temps elle passa, là, à pleurer sur ce cadavre. Et elle ne semblait pas pouvoir s'arrêter. « Lilas... » Ses sanglots ne se stoppèrent qu'à ce moment là. C'était la voix de Jeremiah, pas de doute. Elle la connaissait par cœur. Elle connaissait toutes ses inflexions, le ton qu'il prenait quand elle l'agaçait, la façon dont il lui disait qu'il l'aimait. Et même là, alors qu'elle n'avait jamais entendu sa voix se briser de cette manière, elle ne peut que la reconnaître. Pourtant, quand elle se tourne, elle a l'impression qu'elle ne va pas le trouver là. Que tout ça ne pouvait être qu'une illusion. Un mirage. Elle devenait folle. Pourtant il était bien là, elle écarquilla les yeux, alors qu'elle le vit tomber à genou à côté d'elle. Mais elle n'arrivait toujours pas à croire ses yeux. Même quand il la prit dans ses bras. « Lilas. » Elle n'arrivait même plus à bouger, comme si elle s'attendait encore à le voir disparaître, comme un mirage crée par son esprit ravagé. Pourtant, elle ne pouvait pas nier que c'était bien ses mains qu'elle sentait sur elle, sa chaleur autour d'elle, lui faisant prendre conscience pour la première fois qu'elle était frigorifiée. Elle ne ressentait même plus le froid. « Jeremiah... » Sa voix lui parut carrément rauque, sortit d'outre-tombe. Elle avait tant hurlé ses dernières heures. Et les sanglots qu'elle venait d'avoir ne l'aidait pas. Elle leva finalement les mains, entourant le visage de l'homme qu'elle aimait de ses mains. La sensation de son début de barbe sur ses paumes sembla finir de la convaincre qu'elle ne rêvait pas. C'était bien lui. « T'es là. T'es vraiment là. » Murmura-t-elle. Et sans s'en rendre compte, elle pleurait de nouveau. Bien que c'est larmes-ci étaient bien plus dû au soulagement qu'à la peur, comme quelques instants plus tôt. Elle se laissa finalement glissé dans ses bras, posant sa tête contre son torse. « Tu m'as trouvée. » Murmura-t-elle. Et elle le répéta encore et encore. Comme si le dire rendant les choses plus réelles. Mais finalement, petit à petit elle commençait à se sentir mieux. Maintenant qu'elle était avec lui, elle était enfin en sécurité. Elle savait qu'il ne laisserait jamais rien lui arriver. Et dans ses bras, elle regagna finalement son calme. Elle parvint a rassembler davantage ses idées.

Au bout de quelques instants, elle redresse finalement la tête, mais sans quitter le cocon rassurant des bras de Jeremiah. Elle n'était pas du tout prête à les quitter. Et surtout pas tant qu'elle n'aurait pas une arme en main. « Et les autres filles ? » Demanda-t-elle finalement à voix basse, s'inquiétant déjà de la réponse. Elles étaient cinq dans cette maudite cage. Et elle savait déjà que l'une d'entre elles étaient morte, son corps allongée auprès d'elle. Elle espérait qu'elles avaient été retrouvé. Qu'elles étaient en sécurité et en bonne santé. Qu'elle-même allait pouvoir se poser quelques part, où il n'y aurait pas des barreaux pour l'empêcher de sortir. Même si elle n'était pas prête de dormir avant un moment. Un très long moment.

___________________

    I’m waking up to ash and dust. I wipe my brow and sweat my rust. I’m breathing in the chemicals. I’m breaking in and shaping up. Then checking out on the prison bus. This is it the apocalypse. I’m waking up I feel it in my bones enough to make my systems blow.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

My name is
Invité
and i'm trying to survive

MessageSujet: Re: JEREMIAH + somebody save me Sam 30 Mai - 12:41

Somebody save me
Lilas & Jeremiah
C'était comme dans un rêve. Le genre de rêve qui apaise les tensions de la journée, celui que l'on attends pas et qui réchauffe le cœur, celui qui prends aux tripes, qui te donne la nausée mais que tu accueilles avant tant de plaisir que tu en oublies le reste. Des heures d'angoisse, les nerfs à fleur de peau, aussi susceptible qu'une femme enceinte en manque de tomates salées et tout à coup, elle apparaissait comme un mirage, au milieu du paysage. J'avais eu peine à y croire dans les premiers instants, j'avais penser que je devenais fou, fou de douleur de l'avoir perdue, de ne pas avoir su la protéger. Je m'étais presque attendu à ce qu'elle se mette à me le reprocher, comme dans un mauvais trip, qu'elle me gifle en me hurlant qu'elle avait eu confiance en moi et que j'avais trahi sa confiance...pourtant, alors que je pose genoux à terre, alors que je la sers contre moi comme si ma vie en dépendait, elle ne me repousse pas non. Elle se blottit contre moi, elle continue de pleurer mais alors que je sens son corps contre le mien, je me persuade peu à peu que cette Lilas que je vois, que je sens est réelle. Mon prénom résonne, à peine audible et je n'y réponds même pas, trop occupé à savourer le fait de l'avoir dans mes bras, de l'avoir retrouvée. Après quelques secondes...ou minutes, peu importe, je sens ses mains glacées se poser sur mon visage et pour la première fois, je la regard fixement, droit dans les yeux. Elle pleur, elle ne cesse de pleurer et cette simplement vision me fend le cœur. « Je suis là...je suis là maintenant, je te laisse plus. Plus jamais. » Oh que non. C'est une évidence. & tout en disant cela, je dépose un baiser sur son front avant de la tenir fermement contre moi. Je ne bouge plus, peu importe la boue et l'herbe fraîche, peu importe le cadavre proche de nous. Je la laisse se calmer, tout simplement, je la laisse reprendre pied à la réalité, tout en me donnant le temps d'en faire autant.

Les minutes s'écoulent au compte gouttes. Les larmes de Lilas semblent se tarir et dans mes bras, elle ne bouge pratiquement plus, je sens que son corps se réchauffe peu à peu et ce n'est qu'au bout d'un bon moment, que sa tête se redresse doucement. « Et les autres filles ? » Les autres filles … je les avaient déjà oubliées à la vérité. Philaé avait disparue, et la fiancée d'Isaiah. Pourtant, depuis que j'avais constater la disparition de Lilas, plus rien d'autre qu'elle ne comptait. Elle était la seule dans mes pensées...mais maintenant que Lilas abordait le sujet, mon regard se posa avec horreur sur le cadavre que j'avais à peine regarder. Des cheveux bruns...ce n'était ni Philaé, ni Eden. « Je sais pas. » lâchai-je un peu à regret, prenant tout de même le temps de regarder aux alentours. « J'ai vu que toi. Tu te souviens de rien ? » demandai-je à la hâte, avant de me rendre compte que ce n'était peut-être finalement pas le moment pour ça. « Bon attends... » dis-je alors, avant de me redresser, tout en la gardant contre moi. Mes bras vinrent la soutenir, puis la soulever du sol et je me relevais doucement, la calant bien dans mes bras pour la porter jusqu'à la Jeep. J'ouvris la portière passager comme je le pus, pour la déposer à la place qu'elle avait toujours occupée. « Je te lâche quelques secondes. » fis-je en m'éloignant d'elle pour récupérer une couverture à l'arrière et la couvrir avec. « Je monte dans la voiture et je met le chauffage, ok ? » Je claquais alors la portière, pour rapidement refaire le tour et monter à la place du conducteur pour mettre le contact et allumer le chauffage. « Je vais te ramener, et on va les chercher...t'en fais pas. »

Revenir en haut Aller en bas
avatar
My name is
Lilas Holden
and i'm trying to survive
☣ MESSAGES : 96
☣ ICI DEPUIS LE : 21/02/2015

MessageSujet: Re: JEREMIAH + somebody save me Lun 1 Juin - 17:09


Jeremiah & Lilas
    somebody save me

Elle avait encore du mal à croire sa chance. Comment Jeremiah avait-il réussi à la retrouver aussi vite ? Elle n'y croyait tout simplement pas. Pourtant, petit à petit, elle se rend compte qu'il est bel et bien là. Qu'elle n'est pas en train de rêver. Et elle se remet à pleurer de plus belle, réalisant qu'elle est plutôt chanceuse. Elle est envie, pas comme le corps sans vie de cette pauvre petite brune. Elle a auprès d'elle un homme qui l'aime. Que demander de plus. « Je suis là...je suis là maintenant, je te laisse plus. Plus jamais. » Et quand il dépose un baiser sur son front, elle a l'impression de reprendre enfin pleinement le contrôle sur ses poumons et réussir à respirer enfin normalement. Même si elle n'avait pas conscience avant de peiner autant à respirer. Et elle commence à reprendre peu à peu contenance et force. Et surtout, elle parvient à émettre quelques pensées cohérentes. Demandant alors à Jeremiah ce qu'il en est des autres filles. C'est plus fort qu'elle, après ce qu'elles ont vécus, elle se sent liée à chacune d'entre elles. Elle était déjà liée à Philaé, mais maintenant, elle sait qu'une part d'elle même s'inquiétera toujours des deux autres aussi. Pour ça que le sort de la jeune femme étendue à côté d'elle la mise dans un tel état. Et quand elle pose sa question, à l'expression de Jeremiah, elle comprend qu'il n'en sait pas plus non plus. Surtout quand il pose son regard sur la brune. C'est donc sans surprise qu'elle l'entend répondre. « Je sais pas. » Mais elle comprenait d'autant plus sa chance d'avoir été, elle, retrouvée. Et elle a encore plus envie, besoin, de se serrer contre lui. Sa chance, c'était surtout de l'avoir vu lui. « J'ai vu que toi. Tu te souviens de rien ? » Des souvenirs, elle en avait beaucoup là. Des souvenirs qui allaient lui faire avoir de nombreux cauchemars, elle en a conscience. Et elle les redoute d'avance. Mais quand à savoir où sont les autres filles, leurs drogues l'a bien empêché de le savoir. Elle s'était tout simplement réveillé au milieu de nulle part. Et elle s’apprête à lui dire, mais il est plus rapide. « Bon attends... » Il se relève alors, l’entraînant avec elle. Elle a maintenant bien plus conscience de la douleur dans ses pieds. Marchés pieds nus n'était pas sans conséquence. Mais bientôt ce ne fut même plus un problème. Il la soulevait, comme si elle ne pesait rien. Et pour une fois, elle n'allait pas se plaindre d'être une materner, elle en avait besoin. Elle passa même ses bras autour de son cou, calant sa tête sur son épaule, alors qu'il l'emmenait en direction de la Jeep. En levant les yeux de l'épaule de Jeremiah, elle jeta un dernier regard au corps de la jeune femme. Elle ne voulais pas la laisser comme ça, mais n'avait aucune idée de ce qu'elle pouvait faire pour elle.

Ils arrivèrent finalement à la Jeep. Jeremiah ouvrit la portière, tant bien que mal, alors qu'elle n'eut pas le temps d'esquisser un geste pour l'aider. En même temps, cela lui faisait du bien d'être dorloter, de le laisser s'occuper d'elle. Bien qu'une petite voix dans sa tête ne cessait de lui dire qu'elle devait se ressaisir. « Je te lâche quelques secondes. » Une boule au fond de son estomac se créa alors qu'il ne s'éloignait que de quelques pas, juste pour ouvrir la porte arrière. Et revenir avec une couverture. Elle ne tarde pas à s'en couvrir. Et maintenant qu'il est de nouveau à côté d'elle, la boule d'angoisse disparaît. « Je monte dans la voiture et je met le chauffage, ok ? » Elle hoche la tête mais sa confiance en elle n'était que de courte durée. Elle n'arrive même pas à se retenir de le suivre du regard alors qu'il fait le tour pour s'installer sur le siège conducteur. Elle avait conscience qu'elle ne devait pas se sentir ainsi alors qu'il s'éloignait qu'un cours instant, mais c'était plus fort qu'elle. A croire qu'elle avait peur qu'il ne s'éloigne à jamais. Pourtant, bien vite, il est installé sur le siège à côté, il met le contact et bientôt, une douce chaleur monte dans l'habitacle. « Je vais te ramener, et on va les chercher...t'en fais pas. » Elle se rend à peine compte qu'elle s'est tournée vers lui pour lui saisir la main. « Tu n'iras pas les chercher sans moi. » S'exclame-t-elle, prise par l'émotion. Elle n'arrive même plus à savoir si c'est la peur d'être seule qui parle, où son inquiétude pour les filles. Ou un mélange des deux, elle n'en sait plus rien. « On va perdre trop de temps à me ramener. Autant qu'on les cherche ensemble. » Ajouta-t-elle en se calmant un peu. Mais pour le moment, elle était incapable de lâcher sa main. Surtout qu'elle sentait bien qu'elle allait devoir raconter ce qui lui est arrivé. Du moins en partie. « Ils nous ont drogués pour qu'on soit endormie, avant de nous lâcher. Je me suis réveillée. J'ai marcher avant de tombée sur elle. » Dit-elle en pointant sa main libre dans la direction du corps toujours au même endroit. « Qui sait dans quel état elles sont ? On peut pas les laisser comme ça. » Murmura-t-elle finalement en serrant davantage sa main dans la sienne.

___________________

    I’m waking up to ash and dust. I wipe my brow and sweat my rust. I’m breathing in the chemicals. I’m breaking in and shaping up. Then checking out on the prison bus. This is it the apocalypse. I’m waking up I feel it in my bones enough to make my systems blow.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

My name is
Invité
and i'm trying to survive

MessageSujet: Re: JEREMIAH + somebody save me Mer 10 Juin - 0:32

Somebody save me
Lilas & Jeremiah
Il ne s'était même pas rendu compte du froid qui s'était emparer de son corps. Il était sorti, l'avait trouvée, serrer contre lui et plus d'autres ne comptait sauf elle. Pourtant, en entrant dans la voiture il se rendit compte que ses mains étaient complètement glacées, il sentit la chaleur l'entourer et se laissa aller à un long soupire de soulagement en posant son regard sur Lilas qui avait reprit sa place habituelle, à côté de lui dans la Jeep. Maintenant qu'il était au calme, maintenant que Lilas était à ses côtés il lui semblait qu'il reprenait peu à peu ses esprits et le sens des réalités. Il l'avait retrouvée elle, et c'était le plus important à ses yeux...pourtant, il savait aussi que l'une de ses amies était toujours seule, perdue dans la nature et qu'il était le seul à être parvenu jusqu'ici pour le moment. Philaé ne pouvait compter que sur lui pour le moment...mais encore une fois, Lilas passait en priorité et pour éviter de lui infliger quoi que ce soit en plus de ce qu'elle avait subit, il se mit en tête de la ramener en sécurité au château, là où elle pourrait recevoir des soins et se reposer tranquillement en attendant qu'il rentre. Mais malgré son état de faiblesse, la jeune femme était visiblement décidée à se montrer aussi têtue qu'à l'habitude. Elle sentit sa main prendre la sienne et sa voix résonna comme un ordre autant qu'une supplication alors qu'elle lui demandait de ne pas partir à la recherche des filles sans elle. « Lilas, t'as besoin de te reposer... » commença t-il mais elle ne le laissa même pas terminer. Elle argumentait déjà sur le pourquoi du comment. Avançant qu'ils perdraient du temps à faire un aller-retour jusqu'à Bacon's Castle, qu'il serait peut être trop tard après, et au fond, il savait bien qu'elle avait raison. Il poussa un long soupire, tout en écoutant la jeune femme décrire ce qu'elle avait subit. Droguées, avant d'être tout simplement balancées en pleine nature sans plus de considération...quel était l’intérêt d'une opération militaire pareille si c'était pour se débarrasser d'elles aussi vite et dans de telles conditions. Jeremiah fronça les sourcils. Non, ce n'était pas le moment de réfléchir aux raisons de tout ceci, c'était le moment de réfléchir à comment régler le soucis, ou plutôt à comment faire en sorte qu'un maximum d'entre eux rentre sain et sauf au château. Il serra la main de Lilas dans la sienne alors qu'elle lui avouait ses inquiétude. L'une des filles y avait laisser la vie, et il avait tout de suite penser que peut-être...elle n'avait pas été la seule à avoir été tuée. Peut-être que Philaé avait connu le même destin, et peut-être qu'en emmenant Lilas avec lui, il allait la confronter à plus d'horreurs encore...mais il fallait regarder les choses en face, il n'avait réellement pas le choix. S'il y avait des chances que la rousse soit toujours en vie, il fallait faire vite et retourner au château maintenant signifiait sans doute la condamnée, elle et Eden. « Très bien. » lâcha t-il finalement. « Tu viens avec moi... » Dire qu'il n'était pas certain de cette décision était un euphémisme. Il aurait préférer savoir la femme qu'il aimait en sécurité maintenant, mais il savait aussi que pour le moment c'était tout bonnement impossible de faire autrement. « Mais tu restes dans la voiture. Quoi qu'il arrive. » Il tira sur la main de la jeune femme pour y déposer un baiser avant de la lâcher de fouiller dans la boîte à gant pour en sortir l'arme de Lilas. « Tiens. » dit-il en la lui donnant. « Elle est chargée. » Il lâcha un nouveau soupire, avant de poser ses mains sur le volant et d'appuyer sur l'accélérateur. Il avait trouver Lilas sur le bas côté de cette route … sans doute que les autres filles n'étaient pas loin.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
My name is
Lilas Holden
and i'm trying to survive
☣ MESSAGES : 96
☣ ICI DEPUIS LE : 21/02/2015

MessageSujet: Re: JEREMIAH + somebody save me Jeu 11 Juin - 2:16


Jeremiah & Lilas
    somebody save me

Lilas avait vaguement conscience qu'elle devait paraître hystérique à cet instant. Mais à cet instant, elle se moquait bien de l'air qu'elle pouvait avoir. Après tout, au vu de sa tenue, tout le monde dans cette foutue cage avait pu voir sa culotte. Pas la peine de s'inquiéter de donner l'impression d'être en pleine de crise de nerfs. Ce n'était rien à côté. D'autant plus qu'elle a toute les raisons du monde de laisser ses nerfs prendre le dessus sur sa raison. « Lilas, t'as besoin de te reposer... » Elle ne laisse pas à Jeremiah l'occasion d'aller plus loin. De toute façon, elle n'est pas prête de dormir avant un long moment. Mais elle comprenait son inquiétude, du moins elle s’efforçait de la comprendre. Difficile à faire quand la peur continue à guider ses mouvements et ne cesse de lui hurler dans les oreilles. Mais il semblerait que ses arguments tiennent la route, même s'ils ne lui sont pas dictés par la partie la plus calme de son cerveau. Elle voit qu'elle a raison au regard de Jeremiah. Il est en train de céder, même si c'est à contre cœur. De toute façon, il devait bien se rendre compte que s'il l'avait ramener au château, elle n'aurait pas été capable de le laisser partir avant un moment. Déjà que le regarder faire le tour de la voiture avait été un supplice pour elle. « Très bien. » Elle lâche un léger soupir de soulagement en l'entendant capituler. Il pouvait se montrer tout aussi têtu qu'elle quand il était persuadé d'avoir raison. « Tu viens avec moi... » « Je ne te lâche pas. » Murmura-t-elle, sûrement plus pour elle même qu'autre chose, mais bon, c'était la vérité. Et cette vérité risquait du durer un petit moment. Et si une petite voix insupportable tentait de lui dire qu'elle se comportait comme une pauvre fille trop faible, elle ne l'écoutait qu'à moitié. Elle avait besoin de ça pour le moment. Et elle sentait bien que les cauchemars qu'elle pouvait faire depuis l'épidémie allait maintenant être plein d'aiguilles. C'était tout de même bien ironique de voir une fille d'infirmière développée une phobie des piqûres. « Mais tu restes dans la voiture. Quoi qu'il arrive. » Elle se contente d'un hochement de tête. Elle peut bien céder sur un point, surtout alors qu'il attire sa mais pour y déposer un baiser. Mais quand il la lâche, elle a l'impression de ressentir de nouveau le froid qui engourdie ses membres. Elle resserre même davantage la couverture contre elle. Mais quand elle voit ce qu'il sort de la boite à gant, elle se dit que ça valait la peine de laisser le contact physique dont elle avait besoin. Elle écarquille même les yeux de surprise. « Tiens. » Elle se saisit de l'arme de son père d'une main tremblante. Mais une fois qu'elle sent le contact habituel du métal froid dans main, sa prise se raffermit dessus. « Elle est chargée. » Elle leve la tête vers lui, alors qu'il se concentre de nouveau sur la route, appuyant sur l'accélérateur. Elle a du mal à croire qu'il est penser à récupérer son arme, à la prendre avec lui. Se rendait-il compte de ce qu'il venait de lui donner ? Cet arme, elle était son rempart contre la peur en général. Le souvenir de son père, le rappel qui lui disait qu'elle devait être courageuse. Et déjà, elle a l'impression de se sentir mieux, d'être plus maîtresse de ses émotions.

Gardant son arme bien serrée dans sa main, elle pose l'autre sur la cuisse de Jeremiah, avant de se pencher vers lui, suffisamment pour pouvoir poser sa tête sur son épaule. Sa bouche au niveau de son oreille, elle murmure alors : « Merci d'être venue me chercher. » Elle dépose alors un baiser sur sa joue, avant de poser sa tête sur épaule, gardant son regard fixée vers l'extérieur. « Encore une fois, tu me sauves la vie. » Comme toujours devrait-elle même ajouter. Mais elle ne dit rien de plus, se contentant de tenter de repérer une tache rousse ou brune parmi cette entendue d'herbe. Ce n'était pas vraiment le moment de s'épancher de nouveau sur les sentiments qu'elle éprouvait pour lui. Même si elle devait avouer, elle donnerait tout pour un baiser à cet instant précis.

___________________

    I’m waking up to ash and dust. I wipe my brow and sweat my rust. I’m breathing in the chemicals. I’m breaking in and shaping up. Then checking out on the prison bus. This is it the apocalypse. I’m waking up I feel it in my bones enough to make my systems blow.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

My name is
Invité
and i'm trying to survive

MessageSujet: Re: JEREMIAH + somebody save me Mer 17 Juin - 19:16

Somebody save me
Lilas & Jeremiah
Il fixait la route, baladant en réalité son regard un peu partout dans l'espoir d'apercevoir une silhouette, une chevelure rousse dans les parages...mais pour le moment, les champs autour de cette fichue route demeuraient vides. Totalement vides, et il devait bien avouer qu'a chaque minute de plus qui s'écoulait, la peur l'envahissait. Il repensait à cette pauvre fille dont le cadavre avait été abandonné avec Lilas. Il se disait que peut-être, tout simplement sa brune à lui avait eu la chance et que ce n'était visiblement pas le cas de tout le monde. Peut être qu'en rentrant, il allait devoir prendre le temps d'expliquer à Skye qu'elle ne reverrait jamais sa maman. Il se souvenait du regard de cette pauvre gamine, lorsqu'il avait du la confier à Miles, cet homme qui l'avait gratifiée d'un large sourire mais qu'elle connaissait à peine. Tout ceux qu'elle connaissait avait été enlevés, ou avaient du la l'abandonner pour le moment. Jamais il n'aurait le courage de regarder cette petite fille dans les yeux à nouveau, s'il ne revenait pas avec sa mère en vie et en un seul morceau. Il soupira lourdement, avant de sentir Lilas s'approcher de lui. La main de la jeune femme vint se poser sur sa cuisse, sa tête vint se poser sur son épaule et il sentit son souffle tiède lui caresser la nuque et l'oreille. « Merci d'être venue me chercher. » Comme s'il allait la laisser. Il lui avait promis de ne jamais la laisser, c'était comme ça. Lilas était son tout, et s'il ne s'appuyait pas sur elle – c'était même tout le contraire – elle était pour lui comme une étoile unique pour un berger. Il la suivait, et il passait sa vie à la chercher lorsqu'il lui arrivait de la perdre du regard. Il pencha légèrement la tête, pour l'appuyer contre la sienne. Il n'avait même pas prit le temps de véritablement lui faire comprendre à quel point il était heureux de l'avoir retrouver en vie. Il l'avait serrer dans ses bras, mais il n'avait pas prit le temps de l'embrasser et il se promit de le faire dés qu'il en aurait l'occasion. « Encore une fois, tu me sauves la vie. » Et il semblait maintenant presque naturel de le faire. Il aurait donner sa vie pour qu'elle vive, elle. C'était comme ça. « Comme si j'allais t'abandonner... » dit-il alors, tout en gardant le regard fixé droit devant. Finalement, il quitta la route des yeux quelques secondes, le temps de redresser un peu la tête pour déposer un baiser sur les cheveux de Lilas...et quand il son regard tourna à la route, son cœur rata un battement. Il sursauta. Son sang ne fit qu'un tour et il appuya aussitôt sur la pédale de frein. La voiture dérapa sur plusieurs mètres, percutant quelque chose avant de s'arrêter brusquement. La tête de Jeremiah vint heurter le volant, et il laissa échapper un râle sous le coup de la douleur avant de se redresser pour se tourner vers Lilas. « Ca va ? » demanda t-il en attrapant son visage entre ses mains et en l'examinant rapidement, avant de reposer le regard droit devant. Il l'avait vu. Cette chevelure rousse. C'était elle. C'était Philaé...mais il avait aussi senti la voiture heurter quelque chose. « Merde. » Il descendit aussitôt de la Jeep, empoignant son couteau alors qu'un rôdeur s'approchait de lui. Il l'élimina sans soucis, avant de passer devant la voiture.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
My name is
Ozalee Mc Carthy
and i'm trying to survive
☣ MESSAGES : 249
☣ ICI DEPUIS LE : 17/02/2015

MessageSujet: Re: JEREMIAH + somebody save me Mer 17 Juin - 19:21

J'avais mal à la tête, je ne comprenais pas comment on pouvais survivre à une douleur pareil, j'étais allongée sur une surface dur, froide et puante. Chaque inspiration me donnait l'impression que quelque chose éclatait dans mon crâne, mes yeux avaient du mal à s'ouvrirent, la lumière était trop vive et la nausée ne me quittait pas. Pourtant, au bout d'un temps qui me sembla interminable enfin je réussis à émerger suffisamment, j'étais allongée sur le sol d'une maison abandonnée dans la cuisine pour être plus précise, seule enfin je le pensais jusqu'à qu'un bruit se fasse entendre dans la pièce d'à côté. J'avais envie de vomir, je me redressais le plus rapidement possible, c'est à dire pas très vivement alors que la tête me tournait violemment. J'avais l'impression que la pièce tanguait, que j'étais sur un bateau et qu'une immense tempête faisait rage. Une fois debout, je me tint contre un mur, le bruit s'était répété à plusieurs reprises, je n'aurais pas du y aller, mais cela pouvait être Lilas, Eden ou l'une des deux autres filles. J'étais peut être seule dans la pièce, mais ils nous avaient sans doute toute lâcher dans la même maison. J'avançais lentement, ma tête tambourinait, j'avais l'impression que j'allais tomber et pourtant je ne cédais pas, quelqu'un pouvait avoir besoin de moi. Au bout d'un temps qui me sembla très long, j'arrivais enfin vers le salon, j'aurais pu m'attendre à voir un rôdeur, j'aurais eut du mal à fuir où à le tuer, mais j'aurais encore pus essayer, j'avais espérer y découvrir une des filles se réveillant. Rien pourtant, ne m'aurais préparer à un soldat assit sur le canapé en train de lire un livre. Je fronçais les sourcils ne comprenant pas sa présence, pourquoi était-il là, alors qu'il faisait partit de ceux qui nous avait enlevé. Sans bruit je m'avançais vers lui, enfin pas si discrètement que cela car alors que j'étais à quelques pas de lui, il leva les yeux vers moi, il se leva brusquement, laissant tomber son livre au sol. Manquant de tomber, je m'agrippais à ces avants bras. Où sont les autres ? Qui êtes vous ? Comme s'il allait répondre à mes questions, ces personnes nous avait enlevées de bon matin, nous avait enfermées dans des cages et avait essayé de faire des examens sur nous. Sa réaction fut vive et mon état pas suffisamment bon pour réagir à temps. Il me repoussa brusquement vers l'arrière et je ne réussis pas à rester debout. Je tombais dans les débris de ce qui avait été une bibliothèque vitrée, un morceau de verre m'entailla le flanc droit et je poussais un gémissement de douleur alors que je sentais le sang commencer à couler. Je levais la tête pour me rendre compte que le soldat était partit, j'étais seule dans la maison, blessée et ne sachant pas du tout où j'étais, épuisée je sentis les larmes me monter aux yeux pour finalement éclater en sanglot.

Je ne sais pas combien de temps je restais immobile à pleurer au milieu des débris, ma main gauche appuyant sur ma plaie, le sang ne coulait pas énormément, mais ne semblait pas vouloir s'arrêter. Je ne pouvais pas rester là, mais en faite j'avais peur de sortir, j'étais blessée, sans arme et surtout sans savoir où j'étais. Mes pensées étaient toutes focalisée sur Skye, ma fille, ma raison de vivre, je ne pouvait pas l'abandonner, je ne pouvais pas baisser les bras, je ne voulais qu'une chose la revoir, la serrer contre moi et pour cela il ne fallait pas que je me laisse abattre. Je respirais profondément, reprenant petit à petit le contrôle de moi-même, je soufflais à plusieurs reprise et quand mes sanglots eurent disparut, je pris mon courage à deux mains pour regarder ma blessure, elle était douloureuse, elle était profonde, mais le sang avait commencer à se tarir, il me faudrait surement des points de suture si j'arrivais à rentrer à la maison. Je saisis alors un des rideaux poussiéreux, le secouant un peu puis je le nouais autour de ma taille, sur ma plaie, pansement de fortune, mais aussi pour éviter que le sang ne se répande. Je respirais un peu plus librement quand cela fut fait et l'esprit un peu plus clair je me dirigeais vers la bibliothèque en miette contre laquelle j'avais atterrît, je devais me trouver une arme, je devais sortir de là et rentrer à la maison, peu importe le temps que cela me prendrait. Je tentais d'ignorer la nausée, la fatigué, les tremblements et la douleur et me saisit d'un morceau de bois pointus remerciant je ne sais qui de ne pas mettre empaler dessus dans la bagarre. Je respirais profondément et alors j'ouvris la porte d'entrée armée de mon ridicule morceau de bois et je m'avançais sur le perron, j'étais dans un minuscule village, il devait y avoir sept ou huit maisons autour de moi, je restais immobile, me demandant si les filles se trouvaient dans d'autres maisons, si je devais toutes les vérifier juste pour être sur. J'étais hésitante, indécise, mais ce sont les rôdeurs qui choisir pour moi, soudain, les grognements, les râles et autres bruits significatifs de leur présence. Le sang, l'odeur de mon sang les avait attiré et si les filles étaient dans le coin, les quatre rôdeurs qui venait d'apparaitre n'était pas pour leur rendre service. Sans attendre qu'il s'approche, je quittais mon lieu d'observation et m'élançait au hasard sur la route, la douleur irradiait mon flanc droit, l'anesthésiant m'avait donné une migraine atroce et je devais courir sur cette route, j'étais glacée, j'étais fiévreuse et je savais surtout que je ne pourrais pas les distancer éternellement, d'ailleurs au bout d'un ou deux kilomètre, je trébuchais et me retrouvais incapable de me relever. J'allais mourir dévorée sur cette route, pour un peu j'aurais essayer de ramper pour tenter de conserver cette distance qui se réduisait à vue d'œil. C'est alors que le bruit d'une voiture venant vers nous se fit entendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
My name is
Lilas Holden
and i'm trying to survive
☣ MESSAGES : 96
☣ ICI DEPUIS LE : 21/02/2015

MessageSujet: Re: JEREMIAH + somebody save me Dim 28 Juin - 12:29


Jeremiah, Lilas & Philaé
    somebody save me

Lilas récupérait petit à petit son calme. Elle ne savait pas vraiment trop à quoi elle le devait. Son arme, qui faisait un poids réconfortant dans sa main ? Le fait qu'elle soit de nouveau assise dans la Jeep, à sa place habituelle, bien que ses pieds n'avaient pas encore retrouvé le tableau de bord. Ou alors, c'était tout simplement la présence de Jeremiah à ses côtés. D'ailleurs, elle ne peut même pas s'empêcher de se rapprocher de lui. Après tout, il avait toujours été son protecteur, et elle n'avait jamais eu autant besoin de sa protection. Il doit s'en rendre compte puisqu'il va aussi poser poser sa tête sur la sienne. Juste cette simple pression semble lui faire du bien. Elle ne peut alors s'empêcher de le remercier. « Comme si j'allais t'abandonner... » Alors qu'elle fixait l'horizon au travers du pare-brise, elle ne peut s'empêcher de fermer un instant les yeux alors qu'elle sent ses lèvres sur ses cheveux. Elle ne vit donc pas ce qu'avait bien pu voir Jeremiah pour freiner ainsi. Elle se sentit partir en avant et ne put que se maudire de ne pas avoir mis sa ceinture. Mais au lieu de voir sa tête partir vers le pare-brise, elle glissa sur les genoux du jeune homme. Elle se redressa alors en même temps que lui. Ses mains se retrouvèrent rapidement sur le visage de la jeune femme. « Ca va ? » Elle n'eut même pas le courage d'ouvrir la bouche, se contentant de secouer la tête pour lui signifier que non. Elle avait eu plus de peur que de mal. Et de toute façon, elle savait qu'elle serait déjà courbaturée demain matin. Ce n'était pas une petite secousse de plus qui allait faire quoique ce soit. « Merde. »  Puis Jeremiah sortit de la voiture. Elle le regarda se débarrasser d'un premier rôdeur, sans pouvoir bougée. Voilà qu'elle se tétanisait. Mais qu'est ce qu'ils avaient fait d'elle dans cette cage. Elle ne se reconnaissait plus. Serrant davantage son arme dans sa main, elle releva finalement la tête, avant de voir réellement ce qui se passait.

Des rôdeurs. Elle n'arrivait même plus à compte combien ils étaient réellement. C'était l'un d'eux qu'ils avaient écrasés. Puis elle la vit, Philaé. Enfin, elle remarqua d'abord sa chevelure rousse au sol, alors qu'un rôdeur s'approchait dangereusement d'elle et que Jeremiah était au prise avec les autres. Lilas eut l'impression d'être comme dans un rêve alors qu'elle ouvrait la portière. Elle en sortit pourtant et leva les bras. Elle vida ses poumons, visant comme elle le pouvait pour atteindre la tête du rôdeur le plus proche d'elle. C'est à peine si elle faisait attention à la sensation de ses pieds nus sur la route. Elle se décala finalement, visant celui qui s'approchait de la rousse. Elle le rata une première fois. Et la peur l'irradia à nouveau. Elle tira pourtant à nouveau. Le touchant alors mais pas à la tête. Étrangement, elle eut l'impression d'entendre la voix de son père alors qu'il lui apprenait à tirer. C'est cette pensée qui sembla lui rendre ses esprits. Elle visa alors à nouveau, se vida les poumons et tira. Le rôdeur tomba alors. Mais elle n'eut même pas la force de faire les quelques mètres qui la séparait de Philaé, pour l'aider à se relever à grimper dans la Jeep. A la place, elle se se laissa tomber dans son siège, les jambes pendant à l'extérieur et ses mains aggripés à la portière ouverte.

___________________

    I’m waking up to ash and dust. I wipe my brow and sweat my rust. I’m breathing in the chemicals. I’m breaking in and shaping up. Then checking out on the prison bus. This is it the apocalypse. I’m waking up I feel it in my bones enough to make my systems blow.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

My name is
Contenu sponsorisé
and i'm trying to survive

MessageSujet: Re: JEREMIAH + somebody save me

Revenir en haut Aller en bas

JEREMIAH + somebody save me

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» JEREMIAH + somebody save me
» Save The human right to food: International mission to Haiti
» Lena& Carmelia ♦ save me ~
» Tell me would you kill to save a life. || Esprit d'Enfant.
» [Mécanisme] Système de fichiers save et MAJ du jeu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deal With Death :: 
Hors Jeu
 :: Rps.
-