AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez|

It's just you & me now - Nicholas & Aaliyah - [violent]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité

My name is
Invité
and i'm trying to survive

MessageSujet: It's just you & me now - Nicholas & Aaliyah - [violent] Jeu 12 Mar - 0:51

It's Just You & Me Now.

ft. Nicholas & Aaliyah


« I thought I lost you. I thought I'd never see your face again.  »
La nuit n'allait pas tarder à pointer le bout de son nez. Les rayons du soleil se faisaient de moins en moins intenses, la fraicheur commençait à se faire sentir, caressant ma peau alors que j'arrivais devant la cabane en bois que j'avais repéré un peu plus tôt. Une petite cabane qui était plantée au beau milieu de la forêt que je traversais actuellement. Un ancien repère de chasseur qui avait déjà dû être utilisé comme abri, vu l'état et l'odeur que dégageait l'endroit. Mais cela m'importait peu.
J'avais marché toute la journée, avançant sans trop savoir où j'allais. Ces derniers temps, je n'étais plus à ce que je faisais. Perdue, quelque peu déprimée, je commençais à perdre courage. Au cours de mon périple de ce jour, j'avais croisé un groupe de survivant. Je les avais épiés, notamment les hommes, cherchant ces visages aux barbes hirsutes qui nous avaient détruites, Elya et moi. Ces monstres qui me l'avaient enlevée définitivement et qui étaient partis sans demander leur reste... Mais ils n'étaient pas parmi eux, encore une fois, je sentais mon désir de vengeance se frustrer et me glacer le sang. Malgré cela, j'aurais pu me présenter à ce groupe, essayer de sociabiliser un minimum, mais je n'en fis rien. Restant en solitaire. Reprenant ma route comme si je n'avais pas croisé âme qui vive, du moins, autre que celles de la forêt.

La nuit déposait petit à petit son manteau noir sur la forêt. J'étais adossée à un pan de mur de la cabane. J'avais bloqué l'unique porte afin qu'aucun rôdeur ne tente d'y pénétrer et encore moins un humain. Sachant pertinemment que le bruit du porche grinçant et de la poignée rouillée me réveilleraient. Mais pour ça, il fallait que je trouve le sommeil... Le temps s'écoulait et j'étais toujours adossée au mur, à fixer le néant, à rejeter toute pensée venant torturer mon esprit. Les souvenirs de mes parents, d'Elya, mais aussi de Nicholas.
Le fait de ne pas savoir avec certitude ce qui a bien pu lui arriver ne cesse de me tourmenter. Bien que détruite par la perte des parents et d'Elya, je sais pertinemment que je ne pourrais jamais les récupérer. Mais j'étais tiraillée concernant Nicho. S'en était-il sorti ? Était-il toujours vivant ? Entier ? Seul ? En groupe ? Mordu ? Mort ?
Je serrais les poings à cette pensée, tentant au mieux de la chasser pour qu'elle ne s'enracine pas dans mon esprit et devienne ma réalité. Je n'y parvins pas aussi facilement qu'escompté. J'allais pour m'énerver contre moi-même quand un bruit à l'extérieur me fit me mettre sur mes gardes. J'attrapais mon arbalète et me plaquer de plus belle contre le bois du mur, cessant presque de respirer, guettant le moindre bruit, glissant le long du pan de mur pour regarder par la fenêtre. Une ombre semblait avancer vers la cabane, prudemment. Rien de similaire à la démarche de ces êtres traînassant et puant.
J'ôtais alors lentement la chaise qui bloquait la porte, le faisant autant que possible en silence. Puis je tirais d'un geste vif sur la porte et m'avançais sur le porche, tenant fermement mon arme pour la pointer sur l'inconnu qui avait cessé d'avancer.

« N'avancez plus et repartez d'où vous ve-.... »
Commençais-je à dire froidement en m'avançant vers la personne pour mieux détailler ses traits malgré les ténèbres. Mais je m'arrêtais en pleine phrase, une fois que mes yeux se furent habitués au manque de lumière et qu'ils parvinrent à distinguer un peu mieux la personne. J'abaissais mon arme, continuant de le fixer en avançant d'un pas supplémentaire, n'y croyant pas. Je ne savais si j'étais épuisée et hallucinais ou encore si je m'étais endormie et rêvais paisiblement. Quoiqu'il arrive, ça restait un rêve merveilleux...
« Nicholas... ? »
Osais-je enfin prononcer, hésitante, ma voix se brisant en prononçant son nom. Il sembla réagir et je continuais de m'avancer, je le reconnaissais définitivement et lâchais mon arme, sous le choc, courant pour le serrer dans mes bras, n'arrivant pas à réaliser réellement qu'il était là, avec moi, dans mes bras. Je me reculais pour mieux le détailler, encadrant son visage de mes mains, pleurant sans m'en rendre compte. Voilà quatre ans que je n'avais pas versé une larme. Quatre longues années que j'avais restreint mes sentiments et ce soir, je ne parvenais plus à les contrôler.
« Tu es vraiment là, hein ? »
Repris-je entre deux sanglots, la voix tremblante d'émotion, ne sachant si j'étais toujours en plein rêve ou non.

code by ORICYA.



Dernière édition par Aaliyah J. Gardson le Dim 22 Mar - 0:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

My name is
Invité
and i'm trying to survive

MessageSujet: Re: It's just you & me now - Nicholas & Aaliyah - [violent] Ven 13 Mar - 14:29

It's just you & me now - Nicholas & Aaliyah -
À force d'errer sur les routes, il m’arrive de rester quelque jour au même endroit, avant de repartir.
Ne jamais s’arrêter, continuer, marcher, avancer … Mais il faut bien que je me repose, que je reprenne le temps de me fabriquer des flèches, manger, me faire des réserves, tenter de me reposer un maximum, avant de repartir à nouveau.

Cela faisait deux jours que je restais dans la même cabane, je partais à la chasse le matin pour revenir le soir.
Seulement avec les autres survivants, les rôdeurs, il était plus difficile de chasser, alors il était rare quand j’arrivais à revenir avec un butin.
Quand je revenais à cette cabane, j’affutais mon couteau de survie, fabriquant aussi de nouvelles flèches avec du bois, puis en affutant des pierres pour les rendre tranchantes.
Aujourd’hui j’avais enfin réussi à tuer un lapin, une petite victoire, mais au moins j’aurais enfin de quoi manger avant de quitter pour de bon cette cabane, pour continuer ma route vers je ne sais quel but.
Depuis deux jours, j’avais eu le temps d’apprendre à connaitre cette forêt.
Parfois j’y trouvais des traces de rôdeurs, elles étaient faciles à trouver, on pourrait croire que la personne qui était passé avant nous était ivre.
Il faut dire que le jour où je vois un rôdeur marcher bien droit, c’est que le virus a eu au moins le mérite d’évoluer en leur donnant une meilleure coordination, évidemment cela voudrait dire aussi qu’il serait moins facilement repérable, enfin je m’égare …
À force de travailler au FBI et de développer des hypothèses, voila que je fais la même chose en ce qui concerne ce virus, sauf que je n’ai rien d’un scientifique, j’ai eu le temps d’en connaitre, mais j’étais bien plus doué dans l’infiltration.
Étrange comme quoi cela me manqué … Pourtant j’avais failli mourir, d’ailleurs je ne me rappelais même plus du pourquoi du comment, j’avais fini dans le coma la dernière fois.
Tellement de questions sans réponse, mais peu importe, maintenant, il faut survivre, le passé ne compte plus, dorénavant, c’est le présent qui compte, car à chaque faux pas, la mort nous attend au tournant.

Ayant glissé le lapin dans un sac, je pouvais voir à présent que la nuit venait de tomber, il était plus que temps que je retourne à la cabane.
Les rôdeurs sont plus actifs la nuit que le jour, plus dangereux, de plus j’avais besoin de me reposer et de reprendre des forces.
Marchant silencieusement à travers les bois, je pouvais retrouver mon chemin plus que facilement.
Alors que j’avançais, malgré la nuit noire, je pouvais discerner des traces de pas en direction de la cabane, de suite j’attrapais mon arc, bandant celui avec une flèche et marchant dans l’obscurité jusqu’à arriver à la cabane.
Cela faisait tellement longtemps que j'errais seul, que j’étais quasiment devenu sauvage, je ne faisais confiance à personne, rien ne me ferait changer d’avis, j’ai toujours été ainsi.
Mais cette voix … Cette voix que je n’avais pas entendue depuis si longtemps, je n’arrivais pas à y croire, je doutais, malgré tout j’avançais vers cette ombre.
Puis cette personne s’approcha et je reconnus Aaliyah … Je baissais mon arc, voyant celle-ci arriver vers moi, puis semblant à son tour me reconnaître.
J’avais envie de sourire, de pleurer de joie, de la prendre dans mes bras, jamais je n’aurais cru la revoir, tout était tellement chaotique, je n’avais vu que la mort.
Puis je rangeais mon arc, celle-ci me précipitant dans mes bras, de suite je la réceptionnais, la serrant contre moi, regardant son visage, puis enfouissant le mien dans ses cheveux.

-Liyah … Oui je suis la, tu m’a tellement, tellement manqué, tu es la, tu es vivante

Cette fois-ci je regardais celle-ci de haut en bas.
Elle semblait plus qu’épuisée, en même temps qui ne le serait pas ? Je lui pris la main.

-Rentrons c’est dangereux

Je ramassais son arbalète, la conduisant dans la cabane avant de nous barricader à l’intérieur, ne laissant aucune chance à qui que se soit d’entrer.
crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Invité

My name is
Invité
and i'm trying to survive

MessageSujet: Re: It's just you & me now - Nicholas & Aaliyah - [violent] Ven 13 Mar - 23:33

It's Just You & Me Now.

ft. Nicholas & Aaliyah


« I thought I lost you. I thought I'd never see your face again.  »
Un bruit à l’extérieur avait suffi pour tendre tous mes muscles. Aux aguets, stressée comme à chaque instant depuis cette sombre nuit où Elya m’avait été arrachée. Arbalète à la main j’étais sortie, sentant la personne sur ses gardes elle aussi, discernant une arme, un arc. Puis la personne sembla hésitante lorsque je pris la parole, s’avançant, j’en fis de même, jusqu’à être assez près pour le reconnaître. Pour discerner ses traits, tirés par la fatigue certes, mais que je reconnaissais, que je ne pensais jamais revoir. Du moins, pas en vie, par avec un cœur battant…

Voilà près de quatre ans que je n’avais pas souri, pas laissé couler une seule larme sur mes joues, que je m’étais construite cette carapace d’acier qui bloquait chacune de mes émotions, me refusant toute faiblesse. Mais lorsque je reconnus Nicholas, ma carapace éclata en mille morceau, volant en éclats je ne me retins en rien à lui sauter au cou. D’ordinaire sur mes gardes et inséparables de mon arbalète je la laissais joncher le sol pour mieux enlacer Nicholas.
Je ne voulais plus le lâcher, serrant mes bras autours de son cou, perchée sur la pointe de mes pieds, il me serra lui aussi fort contre lui. Cette étreinte m’avait terriblement manquée, il m’avait horriblement manqué, le fait de ne pas savoir s’il était en vie ou non m’avait déchiré chaque jour un peu plus, sans que je le sache, sans que je me l’avoue, tentant de me rendre à cette évidence silencieuse, que si ça se trouvait il n’était plus, si ça se trouvait nous ne nous retrouverons jamais…
Je crus être en plein rêve, ou hallucination, me reculant je caressais ses traits, distraitement, le fixant sans prêter attention à mes larmes qui coulaient le long de mes joues crasseuses. Il prit à son tour la parole et cela fini de me convaincre qu’il était bel et bien là, vivant, devant moi, dans mes bras. J’eus un rire nerveux ponctué de soubresauts dus à mes pleurs.
« Tu m’as aussi manqué Nicholas… Terriblement. » Ajoutais-je en séchant rapidement une grosse larme qui me caressait le menton avant de suite la re-déposer sur sa joue, n’arrivant plus à me décrocher de lui. Après avoir passé quatre ans seule, je ne pouvais décemment m’éloigner de lui, je n’y arrivais pas, je ne le voulais tout simplement pas…
Il me détailla de la tête aux pieds mais je ne parvenais à décrocher mon regard de son visage. Il semblait épuisé, pâle, mais lui non plus ne semblait pas croire que je sois là, devant lui ce soir. Qui aurait pu le prévoir ?

Il attrapa ma main et je m’accrochais à son bras, opinant lorsqu’il me dit qu’il fallait qu’on rentre. Serrant son bras contre moi jusqu’à ce qu’on soit dans la cabane. Puis il nous barricada et je récupérais mon arbalète pour la déposer contre l’un des pans du mur. Je tombais littéralement sur le parquet grinçant, sous l’émotion et la fatigue, m’asseyant en tailleur sur cette couverture qui me servait de lit les nuits. Je le détaillais de nouveau, cette fois de la tête aux pieds à mon tour.
« Tu n’es pas blessé hein ? Tu n’as rien ? Tu vas bien hein ? » Je ne pouvais empêcher mon inquiétude de prendre le dessus de ma parole. Je remarquais ses traits tirés, du sang sur ses vêtements, quelques cicatrices et égratignures que je ne lui connaissais pas et qui m’inquiétèrent contre mon gré, faisant revenir une vague de larmes que je séchais violemment avant de m’excuser : « Désolée, je ne suis pas aussi émotive d’ordinaire, mais je ne pensais vraiment jamais te revoir, je pensais vraiment que j’étais toute seule… » Ma voix se brisa sur ce dernier mot et je secouais la tête, en essuyant mes larmes, inspirant longuement avant de tapoter à côté de moi pour qu’il s’installe à mes côtés, caressant distraitement ses cheveux légèrement plus long que ceux que je lui connaissais il y a de ça cinq années… « Raconte-moi, je veux tout savoir ce qu’il t’est arrivé... J’aurais tant aimé que l’on ait été ensemble quand tout ça est arrivé… » Ajoutais-je en jetant un vif coup d’œil dehors en croyant entendre un râlement, serrant la poigne de mon couteau de chasse à ma hanche.

code by ORICYA.

Revenir en haut Aller en bas
Invité

My name is
Invité
and i'm trying to survive

MessageSujet: Re: It's just you & me now - Nicholas & Aaliyah - [violent] Lun 16 Mar - 18:32

It's just you & me now - Nicholas & Aaliyah -
Liyah, ce petit bout de femme qui avait toujours répondu présente, son père ayant été comment un père pour moi, un père aimant envers sa famille et ses filles, adorable avec moi, peut-être comme le fils qu’il n’avait jamais eu ? Bon cœur, paternel, sincère et généreux.
J’avais soutenu Liyah à la mort de celui-ci, elle aussi m’avait soutenu, car j’étais aussi très proche de lui, c’était dur, je dirais même horrible de voir de nouveau une personne proche mourir.
Liyah avec son sourire lumineux et ses yeux pétillants de vitalités, elle m’avait toujours donné envie de me battre, avancer dans mes missions et revenir la voir.
Liyah qui a toujours réussi à me faire rire et sourire, un vrai boute en train, une battante, une lionne.
Avec l’attentat visant ma famille, j’avais vu ma vie s’écrouler, si on s’en prenait à mon père et mes frères, cela voulait dire qu’on pouvait s’en prendre à Liyah et sa famille.
J’avais été mis de côté, mais hors de question que je ne me charge pas des terroristes ayant visé ma famille.
Oui je ne suis pas proche de mon père, ni de mes frères, mais c’était une question de fierté.
Puis le trou noir … Un réveil apocalyptique, reverrais-je ma petite Liyah ?
Je suis resté seul tellement longtemps, quelque part j’étais comme devenu un loup solitaire, mais cette nuit je retrouvais celle qui faisait battre mon cœur, qui me redonnait de la joie, elle était là, devant moi, fatiguée, amaigrie, mais elle était là, la prenant dans mes bras j’avais tellement de peine à la lâcher, mais il nous fallait nous mettre à l’abri.

Je voyais des larmes roulaient le long de ses joues, moi-même j’avais les larmes aux yeux, mais j’avais tellement appris à les retenir depuis mon enfance, qu’elles ne coulaient pas.
Peut-être qu’un jour je devrais les laisser s’échapper, sans doute que cela ne me ferait pas de mal.
Une fois dans la cabane que j’avais bien barricadée, je souris à ses questions, venant m’asseoir près d’elle.

-Je vais bien ne t’en fais pas et toi ? Tu es pâle … Depuis combien de temps n’as-tu pas mangé ?

Cette fois-ci je regardais le visage de Liyah bien plus attentivement, cherchant la moindre égratignure qui pourrait s’infecter, des éventuelles cicatrices, je ne pouvais m’empêcher de prendre son visage en coupe, plongeant mon regard dans le sien, avant de lui caresser les cheveux et de lui déposer un baiser sur le dessus de la tête, puis la câlinant de nouveau.
Je lui frottais le dos alors qu’elle continue de parler, puis sa voix finit par se briser.

-Non, ne sois pas désolé ok ? Je suis loin maintenant, jamais je ne t’abandonnerais Liyah, tu ne seras plus jamais seule je te le promets

Cette fois-ci je pris son visage en coupe, plongeant mon regard dans le sien, pour bien appuyer cette promesse.

-Je suis désolé ma puce de ne pas avoir était la … Il y a eu un attentat visant mon père et mes frères, j’ai voulus retrouver ce fumier et … Bien je ne sais plus ce qu’il c’est passé, je me suis réveillais dans un hôpital et … C’était le chaos

Je soupirais

-J’aurais préféré être présent pour te soutenir ma belle, que c’est-il passé ? Comment as-tu réussi à t’enfuir ?

J’avais aussi très peu de lui demander pour sa sœur et sa mère. Il ne fallait pas rêver vue les circonstances, cela me brisé le cœur, seule pendant quatre ans …
Puis il y eu un bruit de grognement, de suite Liyah avait posé sa main sur son couteau de chasse, mais je lui faisais signe de ne pas faire de bruit.
Me relevant doucement, je regardais à travers un petit trou de la porte en bois, pour voir que ce n'était qu'un rôdeur tout seul qui erré, il finirait par partir.
Il fallait juste ne pas faire de bruit pour qu'il ne ramène pas ses "copains".
Je passé un bras autour des épaules de Liyah, lui frottant le dos, le montrant que cette fois-ci je serais toujours présent.
crackle bones


Dernière édition par Nicholas J. Blake le Jeu 19 Mar - 1:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

My name is
Invité
and i'm trying to survive

MessageSujet: Re: It's just you & me now - Nicholas & Aaliyah - [violent] Mer 18 Mar - 17:03

It's Just You & Me Now.

ft. Nicholas & Aaliyah


« I thought I lost you. I thought I'd never see your face again.  »
Je ne pensais pas le revoir. Cela faisait cinq années depuis le début de l'apocalypse. Cinq années sans voir, ni pouvoir avoir de nouvelles de Nicholas. Cinq années terribles qui m'avaient fait perdre l'espoir qu'un jour, je le retrouverais, qu'un jour, on vivrait tous, ma mère, Elya, Nicholas et moi tranquillement. Et pourtant, même si je n'y croyais plus, il était là ce soir, face à moi, en chair et en os. Il me souriait, il me serrait contre lui, il me parlait et je n'en revenais toujours pas...

J'avais besoin de m'asseoir, troublée par cette vague de sentiments qui me submergeait soudainement alors que voilà quatre ans que je les avais éteints, mis sous clé. Il dit me trouver pâle, il s'inquiétait, commençant à m'examiner, me faisant sourire tendrement, n'ayant pas eu droit à ce genre d'attention depuis bien longtemps. Je répondis à sa question sincèrement, sachant qu'il le verrait si je lui cachais la vérité : « Je ne sais pas, j'ai dû manger quelques baies hier. »
Il déposa un baiser sur mon front et je fermais les yeux, profitant de son étreinte, priant pour qu'on reste ainsi tranquilles à jamais. Je relevais des yeux encore mouillés de mes larmes alors qu'il me promettait que je ne serais plus seule. Je devais avoir l'air tellement pathétique. Moi qui m'étais refusée toute émotion depuis quatre ans, je ne me reconnaissais plus ce soir. Mais, avec Nicholas, je savais que je pouvais me montrer faible, il me soutiendrait, tout simplement, comme il l'a toujours fait... J'opinais, rassurée par la promesse qu'il me faisait.

Il m'expliqua alors ce qui lui était arrivé, il y a de ça cinq ans. L'attentat, la perte de sa famille, son désir aveuglant de vengeance puis son coma. Il ne se souvenait plus comment, par qui ni où, il s'était juste réveillé au milieu de ces horreurs... J'étais désolée pour lui, désolée de ne pas avoir su, de ne pas avoir été avec lui lorsqu'il était hospitalisé. Nous n'étions pas sa famille, voilà sûrement pourquoi nous n'avions pas été prévenus... Même si je savais parfaitement qu'il n'a jamais été proche de sa famille, qu'il ne les a jamais réellement porté dans son cœur pour ce qu'ils lui ont fait subir, j'étais désolée pour leur mort atroce. Je serrais sa main et dis à mon tour :
« Je suis désolée de l'apprendre que maintenant... Mais, tu vas mieux désormais ? Tu étais blessé ? Où ? » C'était à mon tour d'être inquiète et de le détailler. Même réaction que j'avais lorsqu'il revenait amoché d'une de ces missions d'agent. S'il avait fini à l'hôpital, qui plus est dans le coma, c'est qu'il n'en était pas sorti indemne de cette vengeance...

Il me demanda par la suite ce qu'il s'était passé de mon côté. Comment j'avais réussi à tenir jusqu'à aujourd'hui. Je me tus un instant, détournant mon regard. Quatre ans que je n'avais pas dit un mot sur ce qu'il m'était arrivé. Ce qui leur était arrivé... Mais je pris mon courage en main et commençais à le lui conter :
« Nous étions à Baltimore avec ma mère et Elya quand ça a dégénéré... On s'est barricadées dans notre hôtel en espérant de l'aide ou que cette épidémie s'apaise. Mais rien. Alors ma mère a pris les devants, nous a armées et on a quitté la ville. Elle qui d'ordinaire était superficielle, c'était marrant de la voir en chef de groupe... » Ajoutais-je avec un petit rire triste qui cessa lorsque j'ajoutais : « Elle est morte un mois après. »
Je sentis une boule nouer ma gorge, mon ventre se tordre, revoyant parfaitement ma mère, ses sourires encourageants pour qu'on ne perde pas courage. Puis ses cris de douleur résonnèrent dans ma tête, comme la fois où elle se sacrifia pour moi et ma sœur... Je ravalais mes larmes, ce n'était pas fini...
« Puis... Puis, j'ai continué ma route avec Elya. Même si je savais parfaitement qu'il n'a jamais été proche de sa famille, qu'il ne les a jamais réellement portée dans son cœur pour ce qu'ils lui ont fait subir, j'étais désolée pour leur mort atroce. Je m'occupais d'elle, la consolais, la protégeais. Mais on a fait une mauvaise rencontre... Ils étaient trop nombreux... Cruels... et... » Je ne parvins pas à finir. Mon regard se fit vide, me remémorant les six visages de ces ordures sans cœur. La peur d'Elya. Ma détresse. Nos cris et suppliques. Puis cet homme. Ce monstre... Je fermais les yeux pour tenter de chasser ces images terribles de mon esprit, en vain. N'arrivant pas à finir ma phrase, à dire à Nicholas ce qu'ils nous avaient fait subir, ce qu'il avait fait à Elya par pur plaisir sadique, me faisant me retrouver seule. Me faisant tuer deux hommes pour la toute première fois. Me forçant à sacrifier ma sœur après sa transformation...

code by ORICYA.

Revenir en haut Aller en bas
Invité

My name is
Invité
and i'm trying to survive

MessageSujet: Re: It's just you & me now - Nicholas & Aaliyah - [violent] Jeu 19 Mar - 1:13

It's just you & me now - Nicholas & Aaliyah -
Bien sur je savais qu’il était difficile de s’alimenter correctement, mais je voulais tout de même un minimum.
Liyah me répondit qu’elle ne savait plus vraiment quand ou quoi, des baies peut-être, je soupirais de tristesse avant de lui sortir mon butin.

-Je suis dans cette cabane depuis quelque jour maintenant, je voulais chasser et aujourd’hui j’ai enfin eu un lapin, demain je pourrais le vider et le faire cuire, tu auras de la viande

Lui dis-je dans un clin d’œil.
La viande est maintenant devenu la nourriture primaire pour retrouver des forces, les baies n’étaient jamais suffisantes, il y avait aussi des champignons, heureusement que je connaissais ceux qui étaient vénéneux, de ceux qui ne l’étaient pas.
Parfois quand je n’avais vraiment pas mangé depuis des jours, il m’arrivait de viser un oiseau, je ne prenais pas le temps de le faire cuire, je le déplumais et je mangeais la chair crue.
Il arrive que je n’aie pas le temps de m’arrêter, des lieux étant bien trop dangereux à mon goût.
Liyah avait les larmes aux yeux, son sourire me faisait toujours aussi fondre, je ne pouvais m’empêcher de la serrer contre moi, j’avais eu si peur, puis cela faisait si longtemps que j’avais été séparé d’elle.
Finalement j’expliquais à Liyah l’attentat qui avait visé ma famille, mon accident, le coma, mon réveil plus brutal et de suite celle-ci s’inquiéta, en rien je n’étais étonné, je m’en doutais même, toujours présent l’un pour l’autre.

-Oui je vais mieux … Pour les blessures hum … Je dirais un peu partout

Tentais-je avec un petit rire, puis je repris plus sérieusement, cherchant dans mes souvenirs.

-D’après le rapport que j’ai lu, j’ai eu un traumatisme crânien, six côtes cassées, une balle de chaque rotule de mes genoux et une dans l’épaule, je sais juste que parfois il m’arrive d’avoir du mal à marcher, mais à la base je devais faire de la rééducation, mais bon vue les circonstances… Heureusement pendant que j’ai été évacué, un groupe de survivant étant dans un camp m’ont recueillis, j’ai pus me remettre et au bout de quelque mois, le camp a était attaqué … J’ai réussi à m’en sortir vivant, depuis j’erre …

Je regardais Liyah, haussant les épaules, pour ce qui était de mes genoux, je savais que la guérison serait plus longue vue que les rotules avaient été touchés, mais j’arrivais tout de même à courir, enfin du moins, mieux qu’à mon réveil où je ne tenais pas debout.
Puis cette fois-ci je demandais à Liyah de m’expliquer ce qu’il c’était passé de son côté, je la tenais toujours contre moi.
Rien qu’à son regard, je comprenais d’avance que se serait dur, qu’elle aurait sans doute besoin de pose, je laissais celle-ci prendre son temps.

La mort de Liyah avait pris les choses en main, j’eus un petit sourire quand elle me dit que c’était amusant de la voir en chef de groupe, avant de déposer un baiser sur son front lorsqu’elle m’annonçait qu’elle était morte un mois après, il n’y avait pas de mot, je pouvais que lui montrer par mes gestes, je ne suis pas très doué avec les mots.
Je pris ses mains, caressant celle-ci de mes pouces, voyant que c’était encore plus dur de parler, j’étais même sur le point de lui dire de s’arrêter si elle le voulait, mais elle continua.
Puis aux mots de Liyah une rage m’envahit et je pris son visage en coupe.

-On t’a fait du mal ? Qui Liyah ? Ma chérie, dit moi qui ?

Ces fumiers, visiblement ils lui avaient fait du mal, ils avaient du mal à la petite sœur de Liyah, jamais je n’allais les laisser s’en sortir vivant, personne ne touche à ma famille! Personne ne touche à Liyah.
crackle bones


Dernière édition par Nicholas J. Blake le Mar 24 Mar - 22:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

My name is
Invité
and i'm trying to survive

MessageSujet: Re: It's just you & me now - Nicholas & Aaliyah - [violent] Ven 20 Mar - 19:46

It's Just You & Me Now.

ft. Nicholas & Aaliyah


« I thought I lost you. I thought I'd never see your face again.  »
Je retins un sourire lorsqu’il soupirait à ma réponse concernant ma nutrition. Il avait toujours ce côté protecteur et bougon quand je faisais une bêtise ou quelque chose de travers. Pendant un moment je crus qu’il allait me gronder, me sermonner ou me regarder de son air triste qui me brise le cœur. Il m’apprit alors qu’il était dans cette cabane depuis quelques temps et qu’il revenait de chasse. J’eus un sourire attendri :
« Merci Nicho » J’étais sincère. Je le remerciais à la fois d’être là, d’avoir survécu, que l’on se soit retrouvé et qu’il s’occupe de nouveau de moi comme autrefois. Il m’arrivait de manger de la viande, mais rarement, il m’arrivait d’avoir des baisses de moral, de me caler en haut d’un arbre, d’y passer une journée, une nuit, une nouvelle journée peut-être, ne rien faire d’autre que penser, me rappeler, sans prendre la peine de m’occuper de moi. Je n’en avais pas l’envie. Je ne grignotais que ce qu’il me fallait pour tenir un minimum debout, sachant que je ne retrouverais mes forces qu’une fois que l’assassin d’Elya ne serait plus. J’errais, la nourriture ne m’importais pas, j’avançais simplement à l’aveugle, à la recherche de cet homme qui avait filé entre mes doigts…

Je ne me lassais pas des étreintes de Nicholas, elles m’avaient terriblement manquées, lorsqu’il me serrait ainsi alors je me sentais vivante. J’entendais son cœur, en écho aux battements du mien, mélodie qui m’apaisait.
Lorsqu’il m’apprit pour l’attentat et son réveil à l’hôpital, l’inquiétude fut de nouveau maîtresse de mes expressions. Et s’il avait été blessé gravement ? Risquait-il une rechute ? Comment faire maintenant qu’il n’y a plus ni médecin, ni hôpitaux pour le prendre en charge ? Oui, ça me stressait d’apprendre cela. Si bien que je l’examinais de plus belle lorsqu’il s’amusa à me dire qu’il était blessé de partout. Ses bras étaient en effet martelés de bleus et de cicatrices, des rougeurs par moment, du sang sec à d’autres endroits.
Alors qu’il reprit sérieusement, je le fixais de nouveau, buvant ses paroles résumant son état. Au fur et à mesure qu’il parlait, mes yeux s’écarquillaient. J’avais les larmes de nouveau aux yeux de le savoir aussi mal en point et blessé. J’étais décidément bien faible ce soir, Nicholas fait ressortir l’ancienne Aaliyah, la plus fragile et sentimentale… Une fois qu’il eut fini, j’enchaînais :
« Je suis désolée pour ton campement… Et tes blessures sont bien cicatrisées ? Tu as mal souvent ? » Je le regardais comme s’il était d’un coup devenu fragile, ce qui n’était clairement pas le cas. Nicholas n’a jamais été fragile, plaintif ou faible. Il a toujours été tout le contraire… Je l’ai toujours envié pour cette force qui ne semble jamais le quitter. Je le regardais d’un air sévère alors qu’il prenait ses douleurs aux genoux avec dérision.

Puis ce fut à mon tour de raconter mes mésaventures. Malheureusement, n’ayant pas sa force de caractère, d’autant moins lorsqu’il est en face de moi, je perdis quelque peu mes moyens. Baissant mon regard, tentant au mieux de maîtriser les tremblements dans ma voix, persistant à essayer de ravaler mes larmes… Il m’écoutait, en silence, sans me presser, devinant très certainement que ça n’allait pas être facile. Après tout, pourquoi n’étais-je pas avec Maman et Elya ? Si elles avaient toujours été en vie alors je serais à leur côté… Mais ce n’était pas le cas, à ma plus grande tristesse.
Lui raconter mes péripéties et mes pertes me déchirait le cœur, sentant comme une lame percer mon cœur à chaque mot, encaissant les images qui venaient envahir mon esprit et qui me coupaient le souffle, me donnaient envie de ne plus penser, de ne plus parler, de me recroqueviller sur moi-même et de ne plus être.
J’eus un rapide sourire lorsqu’il déposa un baiser sur mon front à l’annonce de la mort de Maman. Cela suffisait et voulait tout dire de la part de Nicholas. Après tout, il en avait été de même à la mort de Papa. Il n’avait rien dit, se contentant de m’ouvrir ses bras pour que je m’y réfugie. Puis je repris, fixant mes mains qui étaient dans les siennes, alors qu’il me berçait de caresses. Il me fallut alors parler d’Elya. C’était tellement plus dur, plus terrible… Souvenir destructeur qui me perdit de nouveau. Et Nicholas le ressentit. Il devinait alors que ma voix se brisait, perdant la force de parler, les sons ne parvenant plus à sortir de ma bouche.

Il entra dans une rage que je ne lui connaissais pas, découvrant un Nicholas hors de lui, un éclat sombre dans son regard à destination de ces hommes que j’avais évoqué. Il attrapa mon visage, m’arrachant de ma contemplation pour que je fixe de nouveau. Je tentais de parler de répondre à ses questions, mais les mots ne sortaient toujours pas. Sentant l’émotion prendre le dessus, mon cœur explosant sous la force des souvenirs. Elya, son visage déchiré par ses cris qui résonnaient aujourd’hui encore à mes tympans. Cris mêlés à ces rires gras et moqueurs de ces hommes qui jouissaient de notre faiblesse, que se faisaient une joie de nous détruire, de nous rabaisser. Les larmes m’échappaient alors que le visage de ce monstre me revint en mémoire. Lui et son sourire inhumain, bestial, démoniaque, lui qui s’était fait un plaisir à me voir souffrir, qui m’avait salie, qui avait pressé la gâchette, visant le corps frêle de ma sœur, lui arrachant le cœur.
Les sanglots me reprirent, je n’arrivais plus à respirer, lovant ma tête dans le creux de l’épaule de Nicholas. C’était la première fois que j’en parlais et je ne parvenais même pas à le faire correctement. Quatre années s’étaient écoulées et les souvenirs étaient encore bien vivants dans ma mémoire, finissant de me détruire. Je m’accrochais à Nicholas comme s’il était une bouée de sauvetage.

Je ne réussis à parler qu’après quelques minutes, mes paroles secouées de sanglots : « I-Ils nous ont… violées… I-Il… Elya… Il l’a tué par-…pur plaisir… » Je sentais la haine m’envahir comme à ce jour lorsque son rire avait suivi le coup de feu m’arrachant ma sœur. « J-J’ai tué d-deux … Elya s’est-… s’est transformée… » Je ne pus continuer, je n’y arrivais pas, ne supportais pas de me revoir tuer ces deux hommes, ne supportais encore moins de me voir mettre fin à ma sœur après sa transformation…

code by ORICYA.

Revenir en haut Aller en bas
Invité

My name is
Invité
and i'm trying to survive

MessageSujet: Re: It's just you & me now - Nicholas & Aaliyah - [violent] Mar 24 Mar - 22:56

It's just you & me now - Nicholas & Aaliyah -
Comment je voyais Liyah ? C’était impossible à dire, nous sommes tous deux très complices, j’ai toujours cette envie de la protéger, de la faire sourire, d’être toujours présent pour elle.
Le fait de savoir qu’elle n’avait pas mangé depuis quelques jours me rendait malade, c’était comme si j’avais échoué dans mon rôle de protecteur, ou je ne sais qui … Mais peu importe, demain elle pourrait manger de la viande, se seront bien mieux que des baies.
Je répondis à son sourire, ne lâchant pas Liyah, gâtant celle-ci d’étreinte, je suis peu démonstratif, sauf avec elle, Liyah est vraiment une personne unique pour moi, elle est comme ma moitié, une partie de moi et je ne peux pas vivre sans elle.
Toujours inquiet l’un pour l’autre, c’est à son tour de me demandé pour mes blessures, ce qui me fit de nouveau sourire.
Je pouvais lire son inquiétude, c’était compréhensible, je racontais cet attentat et accident à la légère pourtant j’aurais pu y rester.
Je ne voulais pas l’inquiéter, disons aussi que je ne montre pas forcément mes sentiments, ni mes faiblesses, je veux rester fort, même si je dois me faire une raison, l’être humain n’est pas parfait, un jour ou l’autre sans doute allais-je craquer … Qu’importent les questions, j’étais avec Liyah et c’était à elle que je lui devais des réponses.
J’avais bien vu qu’elle avait regardé les moindres parties visibles de mon corps, disons qu’avec l’accident que j’avais eu, les cicatrices ne pourront jamais partir, mais je faisais avec.
De mon côté j’avais tout de même remarqué que Liyah était aussi dans un pitoyable état, c’était sans doute pour ça que je n’arrivais pas non plus à la lâcher, de peur qu’elle ne s’évapore, qu’elle ne se casse pas.
Puis enfin je répondis à ses questions, celle-ci ayant les larmes aux yeux et moi tentant de lui montrer que tout allait bien, que j’allais bien.

-Pour le campement en même temps il fallait sans douter, au moins j’ai eu le temps de me remettre de mes blessures, disons que c’est juste les genoux et mon épaule gauche qui me fait des misères, mais c’est normal, je devrais être au repos complet et faire de l’orthopédie mais ces choses dehors ne sont pas qualifiées pour

Tentais-je dans un léger rire.
Son père m’appelait souvent « le dur à cuire », parce que personne n’arrivait à me soigner dans un hôpital, mais quand il était présent, j’acceptais les soins sans broncher, c’était instinctif chez moi.
Puis voyant Liyah au plus mal, elle finit par me raconter ce qui s'était passé de son côté.
Sa voix tremblait à m’en fendre le cœur, elle tentait de ravaler ses larmes encore et encore.
Sa mère avait été tué, une brave femme, elle s'est toujours battue pour sa famille, même pour moi quand son mari m’avait ramené dans la famille.
C’était encore une fois une perte très douloureuse pour Liyah.
Mais ce qui m’effraya le plus, ce fut la suite …
Liyah était brisé, elle ne pouvait plus parler, elle tremblait, alors je continué de lui frotter le dos, lui rappelant ma présence, puis voulant en savoir plus, redoutant le pire.
Peu à peu une rage s’installer en moi, commençant à comprendre … Je regardais Liyah dans les yeux, j’avais pris son visage en coupe, mais que s'était-il passé ?
Puis cette fois-ci, elle fut prise comme d’une immense angoisse, se lovant contre moi, versant des larmes, celle-ci perdant sa respiration.
Je serrais celle-ci contre moi, les larmes aux yeux aux mots qui vinrent.
Je serrais Liyah contré moi, lui caressant ses cheveux, la berçant, la laissant pleurer pendant que ma rage augmentée.
On avait touché Liyah! On avait tué sa sœur, des hommes avaient profité de deux jeunes femmes seules, ils allaient le payer, mais pour le moment, je devais rester calme pour ma Liyah, la câliner, la réconforter, lui frottant le dos, elle avait besoin de se reposer.
Tout en la berçant je repris.

-Je retrouvais ces fils de pute pour leur faire payer! Mais la ma puce, mon cœur, tu dois te reposer, je suis la, plus personne ne te fera de mal, si tu savais comme …. Comme je m’en veux de ne pas avoir était présent, j’aurais pus éviter tout sa, je t’aurais protégé, ta mère, ta sœur, je vous aurez protégé, je suis tellement désolé ma puce, mais dorénavant, personne ne t’approchera, je n’hésiterais pas à les tuer, je suis la, je t’aime ma petite Liyah, il faut que tu reprenne des forces, que tu te repose
crackle bones


Dernière édition par Nicholas J. Blake le Mer 8 Avr - 23:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

My name is
Invité
and i'm trying to survive

MessageSujet: Re: It's just you & me now - Nicholas & Aaliyah - [violent] Mar 31 Mar - 22:57

It's Just You & Me Now.

ft. Nicholas & Aaliyah


« I thought I lost you. I thought I'd never see your face again.  »
Je sentais la culpabilité de Nicholas lorsqu’il se rendait compte de mon état, d’abord physique. Pourtant il n’avait pas à culpabiliser, loin de là. Ce n’était pas de sa faute, j’avais juste perdu l’envie, la motivation de prendre soin de moi, de m’accrocher à la vie, un fantôme parmi les morts en quelques sortes. Mais revoir Nicholas c’était comme retrouver l’espoir, en la vie, en ce monde qui semble déjà bien éteint. Une lumière dans ce chaos.

Je m’inquiétais lorsqu’il m’apprit ce qu’il lui était arrivé, mais il fit de son mieux pour éviter que je m’en préoccupe trop. Il a toujours été ainsi et j’eus un petit sourire de ne pas le voir changé, le voir toujours aussi doux et attentionné à mon égard malgré la dureté de la vie. Je me laissais aller à sa gentillesse, chose qu’on ne m’avait pas accordé depuis quatre années, et il me plaisait de le retrouver pour cela. Lui qui semble si dur et distant à première vue, mais qui renferme un homme au grand cœur…

J’eus une esquisse lorsqu’il reprit sur son état et son ancien campement. Il savait tourner les choses pour me redonner le sourire et je lui en étais reconnaissante, il n’aime pas me voir inquiète mais je ne peux pas m’en empêcher. Après tout, il est pareil avec moi non ?
Le plus dur fut de parler à mon tour. J’aurais pu me taire et passer à autre chose, il ne m’en aurait pas voulu et aurait deviné par lui-même, décrypté mon silence. Mais j’avais besoin de lui dire, de le dire à voix haute, de laisser échapper l’horreur qu’il s’était passée.
Je tentais de ne pas craquer, mais je sombrais de nouveau dans les souvenirs, tentant de me focaliser sur les caresses de Nicholas, ma réalité désormais. Ces hommes nous avaient tout prix, m’avaient tout arrachés, ils me dégoûtaient, me faisaient éprouver tant de haine moi qui n’ai jamais eu un mauvais fond, me changeant du tout au tout. Mais Nicholas me ramenait, sans s’en rendre compte à celle que j’étais autrefois, brisant ma carapace de fer me laissant me lover dans ses bras pour m’accrocher à lui comme à un espoir, une bouée qui me permettrait de ne pas me noyer dans l’horreur du jour où Elya est partie. Où elle et moi avons été détruites.

Entendre la voix de Nicholas m’apaisait doucement, me ramenant au moment présent, ses caresses m’aidant à reprendre mon souffle, à me calmer. Ma haine l’avait contaminé, beaucoup plus violente et dure. Nicholas n’a jamais réellement montrer ses sentiments, un visage impassible et distant. Mais son visage n’était plus du tout ainsi. Je le regardais, contemplais son regard empli de colère et de haine à l’égard de nos bourreaux, je l’écoutais et eus un sourire, lui faisant une bise avant d’enfin réussir à reprendre la parole :
« Ne t’en veux pas, reste avec moi et nous les aurons, ensemble. Alors tout ira mieux. »
Dis-je faiblement avant d’opiner quand il me dit qu’il fallait me reposer. J’enlever alors ma ceinture comportant mon carquois et mon couteau de chasse, ôtant ma veste pour y déposer ma tête avant de m’allonger à côté de Nicholas et de serrer fort sa main. Je dors mal depuis quatre ans, me réveillant en sueur ou sursaut, faisant des cauchemars, m’éveillant en pleurs ou en criant. Et pourtant, ce soir, la présence de Nicholas m’apaisait, je m’endormis rapidement, me focalisant sur la chaleur de sa main, appréciant de ressentir sa présence. Je m’endormis vite, si vite et si paisiblement.

Ce fut la pluie qui me réveilla. Une pluie torrentielle qui faisait craquer le bois de la cabane. Je frottais mes yeux, combien de temps avais-je bien pu dormir ? Mais je ne me réveillais pas épuisée, pour une fois. Je me redressais, cherchant Nicholas du regard avant de le voir, souriant en le remarquant enfin une odeur alléchante emplissant la cabane, j’allais vers lui et l’enlaçais, cachée dans son dos, contente de ne pas avoir rêvé son retour. J’appuyais mon menton sur son épaule, regardant ce qu’il cuisinait avant de demander : « Tu as dormi un peu ? » Finalement je continuais de m’inquiéter pour lui, mais il a tellement tendance à se préoccuper de moi plutôt que lui qu’il faut bien que je le fasse pour lui…

code by ORICYA.

Revenir en haut Aller en bas
Invité

My name is
Invité
and i'm trying to survive

MessageSujet: Re: It's just you & me now - Nicholas & Aaliyah - [violent] Mer 8 Avr - 23:55

It's just you & me now - Nicholas & Aaliyah -
Jamais la distance ne pourrait me faire oublier Liyah, elle est une personne tellement importante à mes yeux, elle me redonne le sourire, nous pouvons nous comprendre facilement, sa famille était adorable et apprendre qu’il ne reste qu’elle me faisait affreusement mal.
Je connaissais Liyah, elle avait toujours été très proche de sa petite sœur, la famille est un mot qui compte beaucoup aux yeux des Gardson.
J’ai connu son père … Celui-ci étant décédé en mission, c’était lui qui m’avait intégré à la famille, un très bon père de famille, un homme juste et loyal, celui-ci était parti bien trop tôt.
Puis je m’étais rapproché de Liyah, et c’était à mon tour de retourner en mission, quelque part je m’en voulais de lui offrir une nouvelle peur, être agent du FBI n’a rien d’un métier simple, bien au contraire.
Même si nous subissions une formation extrêmement difficile, nous avons toujours des chances de mourir.

Je promettais toujours à Liyah de revenir, même si on ne pouvait être sur à 100%, celle-ci le savait très bien aussi.
Lorsque j’ai failli mourir en mission, j’ai revu son visage, je revoyais celle-ci pleurer à l’enterrement de son père et je m’en voulais, alors j’ai lutté pour rester en vie, j’ai lutté pour elle, je ne voulais pas la perdre, je ne voulais pas lui faire de mal, pas à ma Liyah.
C’est alors que le monde a plus que mal tourné, les morts se relèvent …
J’ai eu de la chance je dois dire, si je n'avais pas été récupéré par une équipe de secours et des survivants au grand cœur, je serais sans doute mort … Ou peut-être serais-je devenu l’une de ces choses, enfin je préféré ne pas y penser, j’étais présent, j’étais là, je serrais Liyah contre mon cœur, celle-ci me racontant ce qui s'était passé de son côté.
Alors que je serrais celle-ci dans mes bras, je la laissais pleurer pendant que je crispais la mâchoire à m’en brisant les dents.
Ces s*lops m’avaient brisé ma Liyah, je sais qu’elle est forte, j’ai confiance en elle, mais on lui a fait du mal et c’est le genre de blessure dont on ne se remet pas entièrement.
J’embrassais le dessus de sa tête, glissant mes doigts dans ses cheveux et la berçant, je retenais ma rage, celle-ci pleurant contre moi avant qu’elle ne finisse par s’endormir par la fatigue.
Je la gardais encore un moment dans mes bras, puis voyant celle-ci bien endormis, je retirais les larmes de son visage, prenant ma veste et l’allongeant, tout en posant sa tête sur ma veste.
Je serrais doucement sa main, remettant des mèches de ses cheveux derrière son visage, avant d’embrasser encore une fois le dessus de sa tête et de me décider à faire à manger.

J’avais trouvé du petit bois sec, des pierres et de quoi désosser le lapin que j’avais réussi à tuer.
J’étais rapidement sorti pour le vider à l’extérieur, laissant les entrailles loin de la cabane, avant d’y retourner, le ciel commençant à s’alourdir de nuage pluvieux et orageux.
Le lapin n’était pas bien gros, j’avais pu le désosser rapidement, puis le mettre à cuir au-dessus du feu, de temps en temps j’y jeter des herbes aromates que j’avais trouvées en forêt.
Le fait de m’y connaître côté faune et Flore, me donnait au moins le mérite de manger quelque chose qui avait du goût.
Et je me perdis rapidement dans mes pensées, tout en jetant de temps à autre un regard sur Liyah qui dormait profondément.
La pluie commençant à tomber, je fouillais dans la cabane, avant de trouver une couverture et je recouvris Liyah avant de surveiller à nouveau notre maigre repas.
C’est après un moment que je sentis la présence de Liyah derrière moi, j’eut un sourire à sa question, avant de jeter un œil vers elle

-Non je ne suis pas fatigué et comme ça j’ai pus faire à manger, enfin j’ai tenté … Et toi ? Bien dormi ?

Bien un nouveau grondement de tonnerre nous fis signe de sa présence, il manqué plus que ça.

-J'imagine que tu connais l'expression "y a de l'orage dans l'air"

Dis-je avec un taquin.
crackle bones


Dernière édition par Nicholas J. Blake le Dim 19 Avr - 16:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

My name is
Invité
and i'm trying to survive

MessageSujet: Re: It's just you & me now - Nicholas & Aaliyah - [violent] Mar 14 Avr - 1:20

It's Just You & Me Now.

ft. Nicholas & Aaliyah


« I thought I lost you. I thought I'd never see your face again.  »
Ça avait été dur de parler à Nicholas, cela montrait l’horreur de la situation actuelle car, après tout, d’ordinaire je n’ai jamais de mal à me confier à lui. Mais là, c’était tellement complexe, tellement triste et déchirant, sachant que je savais très bien qu’il s’était attaché à nous, à notre petite famille, je l’avais remarqué à la mort de mon père… ça me tuait de lui faire du mal en lui apprenant toutes ces horreurs, tout comme ça me déchirait de les revivre mentalement…

Je me sentais mal, j’avais mal au cœur, ma gorge me tiraillait, mon crâne croulait sous l’assaut des images. Je n’en pouvais plus. Plus d’y repenser, d’être faible, de ne parvenir à en parler réellement. Je m’en voulais, je leur en voulais et je n’arrivais pas à faire avancer les choses. A faire en sorte que les choses s’arrangent…
Je ne sais comment je réussis à m’endormir. L’épuisement, la faim, la tristesse y étant très certainement pour beaucoup… C’était un sommeil agité, les images étaient encore là. Après tout, elles ne partiraient pas, jamais, j’allais vivre avec ça, cette blessure encrée à jamais dans mon être. Il fallait simplement que je m’y habitue, sans savoir comment cela pouvait être possible… C’était sûrement la seule solution pour vivre. Pour survivre… Mais avant, il me faudrait me vaincre. Ça, c’était certain…

Je finis par me réveiller. Ma première réaction fut de chercher Nicho du regard, rassurée qu’une fois que je l’eus dans mon champ de vision. Je découvrais alors qu’une couverture avait été déposée sur moi et j’eus un sourire attendris avant de m’enrouler dedans et de rejoindre mon Nicholas. Il n’avait pas dormi, je caressais d’un doigt ses traits tirés avant de me moquer gentiment : « ça sera de ta faute si tu es tout ridé… » Il m’indiqua qu’il avait fait à manger, je m’en étais bien rendu compte par l’odeur alléchante que le lapin dégageait. J’en avais le ventre qui gargouillais, depuis combien de temps n’avais-je pas mangé de viande ? De lapin ? Je ne saurais le dire, mais ça faisait un sacré bail…
J’opinais avec un sourire alors qu’il me demandait comment j’avais dormi : « Très bien, ça faisait longtemps que je n’avais pas aussi bien dormi. » Puis un grondement, me faisant quitter Nicholas du regard pour jeter un coup d’œil à l’extérieur. La tempête commençait à gronder : « J’aurais sûrement dormi plus longtemps si le temps ne s’y était pas mêlé… C’est la tempête… » Chuchotais-je en entendant le vent faire craquer le bois de la cabane. J’eus un petit rire à sa remarque : « Oh que oui je connais, mais je m’en serais bien passé… Tu penses que ça va durer longtemps ? »
Ce que je craignais c’est que d’autres humains trouvent la cabane et décident de s’y abriter… Je n’en avais pas envie… J’étais bien avec Nicholas, croiser de nouveau survivant engendrerait des tensions, du stress et de la tension. Dans un endroit aussi petit et étouffant que cette cabane, ça ferait des étincelles.

Puis je regardais de nouveau le lapin d’un œil affamé : « Tu m’avais caché tes talents de cuisinier Nicho, ça sent délicieusement bon. » Je pense que tout m’aurait semblé délicieux tellement mon ventre criait famine, mais n’empêche je ne pouvais que saluer cette qualité que je ne lui connaissais pas…

code by ORICYA.

Revenir en haut Aller en bas
Invité

My name is
Invité
and i'm trying to survive

MessageSujet: Re: It's just you & me now - Nicholas & Aaliyah - [violent] Dim 19 Avr - 16:42

It's just you & me now - Nicholas & Aaliyah -
Pendant que je regardais Liyah dormir, je réfléchissais au voyage qui nous attendait.
Maintenant que je l’avais retrouvé, il nous faudrait trouver un lieu sur, mais avant tout, j’irais tuer ces hommes qui avaient touché ma Liyah, qui avaient tué sa sœur, qui lui avait fait vivre l’horreur, subir des atrocités.
Ces hommes allaient mourir et je n’allais pas me contenter d’une balle dans la tête, non, ils avaient fait souffrir ma Liyah, ils allaient regretter d’être venus au monde.
Avant ce chaos, j’étais agent au FBI, j’en’ai vu des horreurs, j’en’ai subi des tortures, je sais ce qui fait vraiment mal, et j’allais me faire un plaisir de faire souffrir ces hommes, immondices bonnes à crever dans d'atroces souffrances.
Alors que je m’étais perdus dans mes pensées, c’est un bruit de tonnerre qui me sort de ces idées macabres.
La vengeance viendrait, seulement je ne voulais pas que Liyah voie de pareille horreur de ma part … Je ne voulais pas qu’elle me voie comme un monstre, mais j’étais tellement en colère, si je voyais ces hommes, jamais je ne pourrais me retenir de leur sauter à la gorge, voire de les tuer à mains nues.
Je soupirais me prenant la tête entre les mains, mon cœur battant la chamade, je ne veux pas être un monstre, seulement je ne peux vivre en sachant ces connards en vie.
Liyah mon rayon de soleil, ma pierre précieuse, mon cœur, mon souffle de vie … Elle est tout pour moi.
Je relevais la tête et la voyant dormir paisiblement, j’eut alors un petit sourire, m’occupant de notre prochain repas, elle était bien trop pâle, il lui fallait des forces, il allait certainement falloir que je retourne à la chasse au plus vite, mais cette tempête semblait n’être qu’un début.

Le lapin rôtissant, je ne pouvais me permettre de dormir.
Heureusement ma formation d’agent m’a aidé à tenir très longtemps sans dormir, ça me rappelait aussi des souvenirs avec le père de Liyah, il m’avait aidé dans cette dure formation, c’était un homme bon, le père que je n’avais jamais eu.
Finalement je pouvais voir Liyah s’agiter dans son sommeil, signe qu’elle était en phase de rêve, donc proche du réveil, j’imaginais aussi que l’odeur du lapin devait lui titiller les narines.
La seule chose positive dans cette tempête, c’était qu’il pleuvait tellement, que pratiquement toute odeur était absorbée, par l’odeur de terre mouillée.
J’aimais l’odeur de la nature après une bonne pluie, je dis bien après, car ce n’était toujours pas fini, heureusement cette cabane semblait tenir le coup.
Finalement c’est un petit bruit de pas qui me sort à nouveau de mais penser.
Liyah était réveillée et assise à mes côtés, je posais ma tête sur son épaule, riant à sa taquinerie.

-Fallait bien que je fasse à manger et tu avais besoin de repos

Puis tout deux nous relevâmes la tête en même temps au bruit de la tempête.

-Elle n’a fait qu’empirer … Mais le cabane tiens le coup c’est déjà ça

J’eu un petit bâillement avant de lui donner une petite tape dans l’épaule.

-Mouais ça sent bon mais c’est peut-être mauvais, enfin bon appétit

Je pris une petite patte de lapin dont je grignotais la chaire, voulant en laisser un maximum pour Liyah, d’ailleurs je reposais de nouveau ma tête sur son épaule, commençant à légèrement m’endormir.
Depuis combien de temps n’avais-je pas dormi ? Des jours dirais-je … Là, j’étais bien, Liyah était ici avec moi, je n’en demandais pas plus.
crackle bones
Revenir en haut Aller en bas

My name is
Contenu sponsorisé
and i'm trying to survive

MessageSujet: Re: It's just you & me now - Nicholas & Aaliyah - [violent]

Revenir en haut Aller en bas

It's just you & me now - Nicholas & Aaliyah - [violent]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» (M) Nicholas Hoult × N’abandonne jamais.
» L'opération Phasme (PV: Nicholas Scratch)
» Sharon et Nicholas se croisent .....( Nick )
» Nicholas Newman
» Docteur Nicholas Rush - Et moi non plus je ne vous aime pas.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deal With Death :: 
Hors Jeu
 :: Rps.
-